[Affaire d’Ebimpé] Un mystère entoure la réhabilitation du stade pour la CAN 2023 (Billet)

[Affaire d’Ebimpé] Un mystère entoure la réhabilitation du stade pour la CAN 2023 (Billet)

L'affaire d'Ebimpé suscite l'inquiétude du journaliste Alakagni Hala face aux déclarations contradictoires du gouvernement ivoirien et de la CAF concernant la réhabilitation du stade olympique pour la CAN 2023, une affaire intrigante.

Abidjan, Côte d’Ivoire, le 22 septembre 2023 (crocinfos.net)—Le journaliste Alakagni Hala, lauréat du prix CNN-Afrique en 2004, et membre de l’Organisation nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (ONJI-CI), exprime sa perplexité face à l’évolution de l’affaire du stade olympique Alassane Ouattara d’Ebimpé, destiné à accueillir la 34e Coupe d’Afrique des Nations (CAN) dans quelques mois. À travers son compte Facebook, il reflète les inquiétudes partagées par des milliers de citoyens qui observent attentivement la saga entourant la réhabilitation de la pelouse de ce stade, d’un coût évalué à 1,2 milliards de FCFA.

Le porte-parole du gouvernement ivoirien, tout en assurant qu’“aucune tête ne sera coupée”, a clairement affiché la position ferme de l’État. Sous-entendu, le gouvernement a déjà mené une enquête interne et conclu que la responsabilité incombe à la pluie qualifiée d’“exceptionnelle”. Cependant, la Confédération Africaine de Football (CAF) a récemment publié un communiqué énigmatique, révélant des informations jusqu’alors non divulguées, concernant la conformité du stade aux normes de la CAF, qui porte l’illustre nom du président ivoirien.

Ce qui préoccupe grandement l’opinion publique, c’est le manque de transparence concernant d’éventuelles enquêtes ou audits indépendants, qui ne sont pas initiés par les organismes publics mis en cause. La population est tournée en rond comme un ballon de football en passe de faire une passe à un coéquipier, mais qui tourne en rond, sans destination claire.

‘’Ce qui préoccupe grandement l’opinion publique, c’est le manque de transparence concernant d’éventuelles enquêtes ou audits indépendants, qui ne sont pas initiés par les organismes publics mis en cause.’’

Alakagni Hala souligne le paradoxe que représente cette situation pour la Côte d’Ivoire sous la présidence de M. Ouattara, un pays qui a pris de multiples mesures pour garantir une gouvernance exemplaire. Pourtant, ceux-là mêmes qui devraient promouvoir la lutte contre la corruption, encourager la bonne gouvernance et garantir l’accès aux informations et aux documents d’intérêt publics semblent bafouer impunément ces principes fondamentaux.

Il est temps de se demander si louer le nom du président sur les pages Facebook et dans les discours suffit pour accéder à des postes de responsabilité élevée. L’affaire d’Ebimpé continue de susciter des interrogations, tandis que le mystère qui l’entoure ne cesse de grandir, laissant la nation ivoirienne dans l’attente de réponses claires et transparentes par des enquêtes indépendantes et des audits.

KPAN CHARLES

CATEGORIES
TAGS
Share This