[Côte d’Ivoire] Commune d’Abobo : voici comment la population stigmatisée par le banditisme, la drogue, les meurtres…prend conscience (actualisé)

[Côte d’Ivoire] Commune d’Abobo : voici comment la population stigmatisée par le banditisme, la drogue, les meurtres…prend conscience (actualisé)

  • -Le Papaci veut signer un nouveau contrat social avec les abobolais

Les membres du mouvement de la société civile, dénommé le Pari abobolais pour la paix et l’amour en Côte d’Ivoire(Papaci) que dirige Kadjo Sylvestre Tanon, étaient en réunion le dimanche 25 mars 2018, à son nouveau siège sis au quartier 4 étages-Abobo-Plaques dans la commune d’Abobo pour un seul objectif : redorer l’image ternie de la commune d’Abobo.

Debout le président du M 20.20. Sylla Aboubacar

Debout, le président du M 20.20., Sylla Aboubacar

À travers le Papaci, les populations d’Abobo ont décidé de signer un nouveau contrat social. Elles ne veulent plus que leur commune soit le dénominateur commun de la violence, du grand banditisme, de la drogue…, mais une bourgade où les habitants ont pris conscience de leur bien-être par eux-mêmes. « Personne ne viendra faire notre bonheur à notre place ». Telle est l’une des missions que s’assigne le président du Papaci, Kadjo Sylvestre Tanon.

Portée sur les fonts baptismaux il y a peu, cette organisation s’est assignée pour mission principale de redorer l’image des jeunes de la commune qui, selon son président, sont le plus souvent présentés comme des loubards à la solde de politiciens.

Pour lui, des présidents Félix Houphouët-Boigny à Alassane Ouattara, en passant par Henri Konan Bédié, le Général Robert Gueï et Laurent Gbagbo,  ces jeunes d’hier sont devenus des adultes sans rien réaliser. « Nous avons été utilisés, manipulés, pris pour diviser afin que des politiciens règnent en maître. Je dis c’est fini », a coupé court le président du Papaci.

Désormais, le rêve de ce mouvement est une réalité. Tant, Kadjo Sylvestre Tanon a réussi à convaincre plusieurs associations de renommée et des chefs de communauté à sa cause. Le dimanche 25 mars, plusieurs associations de jeunes, de femmes, de chefs de communauté ont répondu à son appel. Ils avaient tous en tête un seul mot d’ordre : ‘’Réécrire un nouveau contrat social avec les populations d’Abobo pour Abobo avec les abobolais (appellation des habitants de la commune d’Abobo).’’ « Nous avons décidé de nous prendre en charge en donnant un visage de paix, d’union et d’amour entre nous ici à Abobo dans la confiance et non un visage hideux », a indiqué Kadjo Sylvestre Tanon. Poursuivant, le président du Papaci a déroulé sa stratégie qui été approuvée par l’ensemble des responsables présents. « Nous sommes ici pour reconstruire pour mieux reconstruire Abobo dans la paix et débarrasser cette commune de sa vision extérieure ‘’d’Abobo la guerre’’», a-t-il martelé.

La photo de famille avec quelques membres dassociations

La photo de famille avec quelques membres d’associations

Pour ce faire, le mouvement s’est donné les moyens humains ‘’dans la confiance’’. « Je suis persuadé qu’il y a des traîtres parmi nous, mais la division ne passera pas. Ceux qui vont trahir, seront trahi par ceux qui vont les utiliser », ont averti les différents responsables des organisations.

Le président du Papaci n’a pas voulu rentrer dans les chiffres inutiles de composition de son mouvement à travers toute la commune d’Abobo. Cependant, le constat fait au cours cette rencontre a achevé de convaincre que le mouvement draine un monde de qualité.

Le nouveau siège a accueilli plusieurs autres associations dont le M 20.20., l’une des plus grandes organisations d’Abobo qui regroupe en son sein plus de 19 autres associations. Le président dudit mouvement, Sylla Aboubacar a fait le déplacement pour apporter son soutien et son appartenance au Papaci.

Par ailleurs, le chef de la communauté Abbey, Apata Modeste, ainsi que des anciens loubards et des responsables de jeunes des partis politiques ont répondu présents à l’appel.

« Trop c’est trop. Nous ne voulons plus être des manipulés parce que nous aussi, nous avons à garantir la vie de nos familles », ne cessait de répéter la salle.

Sans autre forme de procès, dans ‘’la pure tradition de la vérité et la confiance’’, Kadjo Sylvestre Tanon a invité ses partisans à mettre la main à la poche. « Nous n’avons besoin du parrainage de personne. Nous avons été les moutons d’hier. Nous avons été vendus et nous nous sommes retrouvés des années plus tard, nous devrons prendre conscience pour nous et pour les abobolais », a-t-il conseillé sous  un tonnerre d’applaudissements.

La commune d’Abobo est située dans Abidjan nord. Elle est l’une des communes les plus peuplées du district d’Abidjan avec environ 1 500 000 habitants. Elle est bâtie sur une superficie de 10 000 ha (100 km2) ; soit une densité de 167 habitants à l’hectare, selon wikipédia.

De 1982 à 1985, M.Gérard a dirigé la mairie. De 1985-1990 : Gérard Aké Loba. 1990-1995  Adama Sanogo. De 1995            2000  : Koné Gogé . Depuis 2001, Adama Toungara est aux commandes.

Kpan Charles

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )