Cote d’Ivoire-Csucom Arras 3: Niamke Boniface(PCA) demande l’evaluation de la gestion de 2009 a 2017

Cote d’Ivoire-Csucom Arras 3: Niamke Boniface(PCA) demande l’evaluation de la gestion de 2009 a 2017

Les dessous de  la crise au Centre de Santé Urbain Communautaire de Arras III

Les dissensions qui ont émaillé la gestion du Csucom  d’Arras III  sont  désormais de vieux souvenirs. Depuis le vendredi 6 juillet 2018, il a un nouveau  conseil d’administration présidé par  M Niamke Amangba Boniface. La cérémonie de passation entre lui et le comité de gestion provisoire  mis  en place depuis environ 9 ans a eu lieu dans l’enceinte dudit établissement en présence de Docteur Koffi Adjoua, Directrice départementale de la santé, représentant le Directeur régional de la santé Abidjan 2, d’un huissier de justice, Me Kouadio  Lazare ,du président confédéral  des établissement de santé à base communautaire de Côte d’Ivoire, Ouattara Clément, du personnel et des sociétaires.

Au terme de la cérémonie, de sages conseils ont été prodigués au nouveau président du conseil d’administration, Amangba Boniface ainsi qu’à l’ensemble du personnel. A cette occasion,

Docteur  Koffi, après avoir salué le travail abattu par le comité  provisoire a indiqué :« …l’administration n’appartient à personne. Chacun est appelé à faire sa  part de tâche. Je vous demande chacun d’être à son poste. Personne n’a le monopole du savoir et de la force. Tout doit être fait pour le bonheur des populations. Aidez  le nouveau Conseil d’administration à réussir sa tâche dans la convivialité, l’harmonie afin d’obtenir de bons résultats ». Le nouveau président du Conseil d’administration  du Csucom d’Arras III a invité ses collaborateurs à travailler dans l’Union et la convivialité. “Nous sommes là pour travailler pour la population. Nous ne sommes pas venus pour faire une chasse aux sorcières. Nous devons travailler pour le bien-être de la communauté, dans le sens de la renommée du centre », a t-il dit.

Les différents  chefs de service ont été présentés au nouveau président du Conseil d’administration Niamke Amangba Boniface.La mise en place du nouveau conseil d’administration apparaît aux yeux de nombre d’observateurs comme un catalyseur pour la bonne marche du Csucom d’Arras III.

EKB

 

Comprendre la crise au Centre de Santé Urbain Communautaire de Arrass III selon Ouattara Clément

A toutes fins utiles, Les établissements sanitaires à base communautaire (Escom) ont un statut de droit privé déclaré au Ministère de l’intérieur et de la sécurité et ont une convention de concession de service public pour gérer l’établissement à but non lucratif. Chaque année, les sociétaires se rencontrent pour entériner et valider le mandat du Conseil d’administration. Les mandats varient de 3 à 5 ans renouvelables.Pour le Centre de Santé Urbain Communautaire de Arrass III, c’est un mandat de 3 ans. En septembre 2009, l’association gestionnaire de ladite structure a tenu son assemblée générale ordinaire annuelle élective pour le renouvellement de ses organes dirigeants en fin de mandat. A cette occasion, le président sortant Patrice Diby était candidat à sa propre succession. Le second candidat quant à lui, ne remplissait pas les conditions(être affilié 2 ans maximum et à jour de ses cotisations). Ce dernier bénéficiait du soutien d’un parent alors  Directeur départemental de la santé de Treichville. A cette AG, le ministère de la santé et de l’hygiène publique était représenté par l’inspecteur Ando, la mairie et d’un huissier de justice. Au terme de l’Assemblée générale, le candidat sortant a été réélu. Non content, le candidat perdant a créé l’imbroglio avec la complicité de son parent et de certaines personnes. Ce flou a poussé le Ministère à installer un comité provisoire. Dr  Aka Aouele qui venait de prendre la tête dudit Ministère ne cernant pas tous les contours de l’affaire signe un décret pour suspendre la collaboration du Conseil d’administration avec le Ministère. Toute chose qui est contraire au cahier de charge des associations gestionnaires. Le conseil d’administration a donc saisi les tribunaux. L’arrêté est frappé par le tribunal. En appel, le médecin gestionnaire est débouté. Il saisit  la chambre administrative de la Cour suprême. Là-bas aussi, cette institution sort une grosse pour la réinstallation du conseil d’administration. Ce ballet juridique prend fin en 2012. Le Conseil d’administration a signifié la grosse au Ministère de la santé et de l’hygiène publique dirigé par le Docteur Raymonde Goudou Coffie pour la passation. Malheureusement, le dossier est resté sans suite à un certain niveau des collaborateurs de la ministre. Le Conseil d’administration a donc saisi le président confédéral, Ouattara Clément en 2017. Ce dernier et ses pairs entreprennent des démarches auprès du ministère pour faire valoir le droit. Dans l’attente de trouver une solution définitive, le candidat ,pourtant débouté par le tribunal convainc les chefs de  communautés ainsi que d’autres personnes concernées pour une assemblée générale qui a porté Daouda Haidara  à la  présidence  du conseil d’administration (PCA) de ladite structure.Ce dernier venait ainsi de faire barrage à la décision de la chambre administrative de la Cour suprême. Face à cette nouvelle situation embarrassante, la ministre Raymonde Goudou Coffie convoque une réunion à son cabinet le 2 août 2017 avec les directeurs régionaux et départementaux pour ramener la paix à Arras 3. Comme décisions, il est demandé au PCA Diby de renoncer à ses droits et envisager un nouvel enrôlement avec de nouveaux sociétaires. Au cours de l’Assemblée générale convoquée, le PCA ne peut pas être candidat. Tout comme lui, les membres du  comité de sages mis en place par Daouda Haidara ne peuvent pas être candidats. Quant aux membres du comité provisoire et les fonctionnaires, ils sont tous mutés ailleurs. Le comité de pilotage mis sur pied est composé de 3 personnes notamment le Directeur de cabinet 2(Able Ekissi), le Directeur de la santé communautaire (professeur Samba Mamadou) et le président des Escom de Côte d’Ivoire(Ouattara Clément) qui ont travaillé sur l’enrôlement pour aboutir à l’élection de Niamke Boniface récemment .À cette occasion, le Docteur Touré s’est fait représenté par Mme Kouassi Pauline qui a rendu compte des activités depuis 2008. Le président élu a demandé à la confédération des établissements sanitaires à base communautaire de Côte d’Ivoire d’engager des experts pour une évaluation de la gestion de ladite structure de 2009 à 2017. Depuis, la confédération et certains collaborateurs ont rencontré le personnel du Centre de Santé Urbain Communautaire de Arrass III pour le sensibiliser entre autres, sur le racket, l’absentéisme , l’hygiène, la vente parallèle de médicaments et l’accueil qui doivent caractériser  les établissements de santé à base communautaire de Côte d’Ivoire(Escom-CI). Par ailleurs, un délai d’un mois a été donné pour décliner les grandes actions à mener.

EKB

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )