[Côte d’Ivoire Décès] Repose en paix, Amadou Soumahoro

[Côte d’Ivoire Décès] Repose en paix, Amadou Soumahoro

Amadou Soumahoro était connu pour son discours tranchant et tranché. Militant politique très engagé, il savait dire haut, ce que les autres pensaient bas.

Abidjan, le 8-5-2022 (crocinfos.net) À Barthelemy Zouzoua Inabo: Ton Camarade pleure « un grand homme d’État », la Côte d’Ivoire, un haut cadre, le Worodougou, un fils, un autre fils après l’Étoile d’État. Tchomba, s’en est allé. Selon le communiqué officiel de ton Camarade, le président de l’Assemblée est décédé ce samedi 7 mai 2022, à Abidjan.

Amadou Soumahoro était connu pour son discours tranchant et tranché. Militant politique très engagé, il savait dire haut, ce que les autres pensaient bas. Il me souvient, cette séquence-culte, de son attitude anti-conformiste, peu diplomatique. Alors ministre du Commerce en 2005, il co-préside avec son collègue des Affaires étrangères de l’époque, feu Bamba Mamadou, une réunion portant sur le transfert du siège de l’organisation mondiale du cacao à Abidjan. Devant la presse, juste après la cérémonie d’ouverture, l’homme met brutalement fin à la réunion. Tout le monde est surpris. Il se lève et quitte la salle…

En tant que militant politique, il ne savait pas porter de gants pour faire valoir ses points de vue ou cracher ses vérités. Ça ne plaisait pas toujours certes mais cela faisait de lui, un homme politique atypique, sans vernis. Il était d’une loyauté et d’un engagement sans faille, au service de ton Camarade et de son parti, le Rassemblement des Républicains, le RDR, puis le RHDP. On l’appelait « Amadou Cimetière » pour ses phrases-choc lors de ses interventions publiques. Ses prises de positions laissaient par moments penser qu’il était un opposant à la réconciliation nationale.

Secrétaire général par intérim du Rassemblement des républicains depuis la fin de la crise post électorale, il est devenu président de l’Assemblée nationale le 7 mars 2019, après la démission de son prédécesseur.
Il a mené deux grosses batailles pour dompter totalement ou presque, l’institution: sa légitimité mise en cause au parlement francophone par le président sorti. Il a finalement réussi à s’imposer. Puis, contre la maladie. Une vraie télé-réalité. Tout le monde savait tout de ses déplacements réguliers à l’étranger pour ses soins. Certains « nécrophages » annonçaient régulièrement sa mort mais le fils du Worodougou revenait toujours les contrarier et surtout leur passer un message clair: « seul Dieu est maître du destin de chaque homme et de chaque femme. »

Amadou Soumahoro, 68 ans, Diplômé de l’Institut des Relations Économiques Internationales de Paris : spécialité commerce internationale, avait une ambition forte à la tête de l’Assemblée nationale: « bâtir une représentation nationale plus forte et plus dynamique, en exhortant les députés au renforcement de la cohésion interne et à créer les synergies nécessaires avec toutes les autres Institutions de la République. ».

Les hommes de Dieu nous le rappellent chaque jour « toute âme goûtera à la mort. Le seul carrefour que nul ne peut éviter est celui de la mort. ». Amadou Soumahoro a donné à la Côte d’Ivoire ce qu’il avait sûrement de meilleur en lui. Son âme repose en paix. Dieu console son épouse, ses enfants, sa famille et tous ses proches. Yako à Séguela. Yako au Worodougou.

La chronique de Fernand Dédeh

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )