[Côte d’Ivoire Football] Les vérités que la FIF cache au monde sportif (vue par AVS)

[Côte d’Ivoire Football] Les vérités que la FIF cache au monde sportif (vue par AVS)

-‘’Ce qui se passe à la FIF est regrettable’’

Le journaliste émérite, Abdoulaye Villard Sanogo dit AVS pour l’une des rares fois, intervient dans le débat que l’on peut qualifie de l’‘’affaire FIF-Drogba’’.  Il dit des vérités que la FIF cache au monde sportif. Ci-dessous son intervention

Ce qui se passe à la FIF est regrettable. Le dimanche 9 août dernier, la Commission électorale a achevé son travail. Le rapport rédigé et mis en forme par un magistrat- commissaire a été discuté, corrigé et adopté par les 7 membres de la Commission. Après un dernier tour de table, chacun a signé et le président de la Commission a apposé sa signature au bas du précieux document.

Il a alors remis le document au secrétaire de séance afin qu’il le signe et en transmette par la suite une copie à chaque candidat. C’est de là qu’est venu le blocage.

Le secrétaire de séance qui n’est que le secrétaire de séance (il n’a pas été élu à l’AG ordinaire), refuse de signer. Il avance qu’il y a des irrégularités.

Pour tout dire, Sam Etiassé estime que la candidature de Drogba doit être rejetée. Selon lui, le parrainage des arbitres qui lui a été attribué est irrégulier en ce qu’il est signé par un président ad’hoc. Ce que naturellement les membres de la Commission (dont c’est le travail) ont refusé. Pour eux, le parrainage des arbitres est régulier parce qu’il est l’émanation d’une Assemblée générale ordinaire.

Il faut dire qu’entre temps, l’article 41 du code électoral relatif aux critères à remplir pour être candidat stipule qu’il faut avoir le parrainage des clubs et des groupements d’intérêt. Cet article n’interdisant pas les doubles et triple parrainages, la Commission électorale s’est vue dans l’obligation d’accepter toutes sortes de parrainage. Qu’ils soient double ou triple. Car en droit, ce qui n’est pas interdit est censé être autorisé.

‘’Sauf que cette décision est, elle-même, entachée de graves irrégularités. Non seulement Sam Etiassé n’a pas le droit de refuser de signer le rapport final mais, plus grave, son patron Sidy n’est pas habilité à casser les décisions de la Commission électorale présidée par René Diby.’’

En se séparant ce 9 août 2020, les membres de la Commission électorale étaient assurés donc d’avoir fait du bon boulot dans le respect des textes qui leur sont soumis.

Quand Sam Etiassé  fait fuiter l’information dans le tout Abidjan et vent la mèche à son patron Sidy, celui-ci, tout noir de colère, prend dans la précipitation la décision de dissoudre la Commission électorale pour graves irrégularités parce que tout simplement, Drogba est autorisé comme les deux autres, à aller en campagne. Pour lui, c’est inacceptable.

Sauf que cette décision est, elle-même, entachée de graves irrégularités. Non seulement Sam Etiassé n’a pas le droit de refuser de signer le rapport final mais, plus grave, son patron Sidy n’est pas habilité à casser les décisions de la Commission électorale présidée par René Diby.

C’est exactement ce que la FIFA s’est employée méthodiquement à expliquer à Sidy et son collaborateur dans un courrier plein de non-dits.

Désavoué, humilié et dos au mur, Sidy s’incline devant la pertinence des arguments juridiques exposés par la FIFA et programme, comme exigé par le courrier, une nouvelle date pour la poursuite des travaux de la Commission électorale.

Quand il arrive donc dans la salle de réunion ce mardi pour la reprise des travaux, le président Diby n’a qu’une seule chose en tête: informer ses collègues de ce que la décision de la FIFA casse celle de Sidy mais dans le même temps, entérine la décision prise le 9 août dernier. À savoir l’acceptation de 3 candidatures pour la présidence de la FIF.

‘’Autre surprise. Des cadres de la Commission électorale dont les accointances avec l’équipe de Sidy et Sory ne se démontrent plus tellement elles sont visibles, annoncent ne plus se reconnaître dans les signatures qu’ils ont apposées le 9 août dernier en face de leurs noms respectifs. Ils demandent un nouveau vote.’’

Ce qui veut dire qu’il ne reste plus que la signature de Sam Etiassé. La FIFA ayant pris le soin de préciser que le candidat qui n’est pas d’accord saisit la Commission de recours pour protestations.

Ce mardi donc, surprise dans la salle. Point de Sam Etiassé. Il serait absent pour cause de COVID-19. Il est demandé cependant à son adjoint de le représenter et de signer le document final afin qu’il soit transmis aux candidats. Autre surprise. Des cadres de la Commission électorale dont les accointances avec l’équipe de Sidy et Sory ne se démontrent plus tellement elles sont visibles, annoncent ne plus se reconnaître dans les signatures qu’ils ont apposées le 9 août dernier en face de leurs noms respectifs. Ils demandent un nouveau vote.

Diby leur rétorque qu’il n’est pas question de revenir sur un travail qui est achevé depuis plus de deux semaines et dont les résultats sont connus du grand public. En outre, il leur explique que le président qu’il est a déjà signé et ne se voit pas en capacité de renier sa signature.

Comme ils tenaient à faire passer leur voix au-dessus de la sienne, il a décidé de sortir de la salle pour ne pas avoir à entendre des propos qu’il trouve sans doute tristes.

Assis chez lui hier soir, il attendait tranquillement que la FIFA l’appelle pour des explications.

Abdoulaye Villard Sanogo (AVS)

NB : Le titre est de la rédaction

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )