[Démolition des maisons de la Cité Akissi Delta] Le Super Ebony 2009, Jean Roch Kouamé,  parmi les SDF

[Démolition des maisons de la Cité Akissi Delta] Le Super Ebony 2009, Jean Roch Kouamé, parmi les SDF

Le meilleur journaliste de Côte d’Ivoire, Super Ebony 2009, Jean Roche Kouamé , n’a plus n’a plus sa villa de la cité Akissi Delta, dans la servitude de l’autoroute de Grand-Bassam, sur le domaine public, a lui offerte par l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (Unjci). Depuis le mardi 9 février 20201, elle (villa) et une quarantaine d’autres habitations ont été rasées.

Abidjan, 10-2-2021 (crocinfos.net) Le meilleur journaliste de Côte d’Ivoire, Super Ebony 2009, Jean Roche Kouamé , n’a plus sa villa de la cité Akissi Delta, dans la servitude de l’autoroute de Grand-Bassam, sur le domaine public, a lui offerte par l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (Unjci). Depuis le mardi 9 février 20201, elle (villa) et une quarantaine d’autres habitations ont été rasées.

Le ministre de l’Équipement et de l’Entretien routier, Dr Amédé Koffi Kouakou, a transformé la joie et l’émotion du meilleur journaliste de Côte d’Ivoire en 2009, Jean Roche Kouamé et sa famille en peine, calvaire et douleur. Douze ans après son sacre, le meilleur journaliste ivoirien de 2009 était un Sans domicile fixe, mardi 9 février 2021.

Le président de l'Unjci, Jean Claude Coulibaly, est venu constaté les faits et apporter le soutien des journalistes au confrère

Le président de l’Unjci, Jean Claude Coulibaly (en lunettes), est venu constater les faits et apporter le soutien des journalistes au confrère.

La douleur était profonde et les larmes difficiles à contenir. Le bien acquis par la qualité de sa plume a été réduit par des machines en monticules de gravats, en rien de temps. Autant vous affirmer que la maison du Super Ebony 2009, Jean Roche Kouamé, offerte par l’Unjci à travers la promotion immobilière, Proxim Finances, dont le promoteur est Yed Benson n’existe plus.

C’est sous les décombres fumant de poussière que le trophée que Jean Roche Kouamé a brandit à la Nuit de la communication faisant de lui, le Super Ebony 2009, a été retrouvé, détaché de sa base.

La cruauté humaine, surtout administrative doublée de corruption est passée par là. Mais, les soutiens des organisations professionnelles des médias en Côte d’Ivoire à l’éminent journaliste ivoirien, tant sur les réseaux sociaux, qu’à travers les communiqués de presse n’ont pas manqué.

Ce fut d’abord, Sam Wakouboué, porte-parole de l’Intersyndicale du secteur des médias en Côte d’Ivoire (Ismci) qui, dans un communiqué de presse, révèle que l’acte a été posé sans aucun avis de sommation et sans dédommagement négocié. Avant de qualifier de s’insurger avec la dernière énergie contre l’acte qu’il qualifie ‘’d’un autre âge’’ et de rappeler aux tenants du pouvoir que ‘’la sécurité des journalistes est un enjeu de démocratie’’. « C’est d’ailleurs l’un des plus importants indices pour le classement des pays respectant la liberté d’expression par RSF (Ndlr : Reporter Sans Frontière) », martèle-t-il.

 ‘’Consternation’’ et ‘’regret’’

Sam Wakouboué a appellé toutes les organisations mondiales de défense des droits des journalistes en particulier, Anthony Bellanger, secrétaire général de la Fédération internationale des Journalistes (FIJ), à se pencher sur cette situation qui n’honore point l’image de la nation ivoirienne.

Démolition des maisons de la Cité Akissi Delta

Le Super Ebony, Jean Roche Kouamé (de dos), a eu le soutien des journalistes

Ensuite, le président de la faitière de l’organisation des journalistes ivoiriens qui a offert la villa a constaté avec ‘’consternation’’ et ‘’regret’’ la démolition totale de cette maison : « L’Unjci constate amèrement que le confrère Jean Roche Kouame a vu son bien détruit sans dédommagement, au motif que sa maison est dans la servitude de l’autoroute de Grand-Bassam, sur le domaine public », indique le président de l’Unjci, Jean Claude Coulibaly.

Il condamne cet acte qui, à l’en croire, vient renforcer, une fois de plus, la situation de précarité dans laquelle vivent les journalistes de Côte d’Ivoire et contre laquelle l’Union lutte avec acharnement depuis sa création, apporte toute sa compassion au confrère Super Ebony 2009, Jean Roche Kouamé et marque sa solidarité avec les autres victimes.

Par ailleurs, Jean Claude Coulibaly reste saisie de la question et demande aux autorités de jeter un regard bienveillant avec ‘’célérité sur une situation injuste et inhumaine qui n’honore pas notre pays, la Côte d’Ivoire’’.

En revanche, il n’écarte pas la poursuite judiciaire dans cette scabreuse affaire. « L’Unjci se réserve le droit de donner une suite judiciaire devant les autorités compétentes afin que justice soit rendue au Super Ebony 2009 », précise Jean Claude Coulibaly.

En attendant, Jean Roche Kouamé et les autres acquéreurs concernés par la mesure de démolition exécutée par le ministère de l’Équipement et de l’Entretien Routier, ont tout perdu et sont sans voix.

Bienvenue Kwado

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )