France Tirs devant une mosquee a Bayonne Deux blesses graves

France Tirs devant une mosquee a Bayonne Deux blesses graves

Deux personnes ont été blessées par balles, lundi, à proximité de la mosquée de Bayonne, dans le sud de la France. Le tireur présumé, un octogénaire ex-candidat du Front national, a été placé en garde à vue du chef de « tentative d’assassinats ».

Deux personnes ont été grièvement blessées, lundi 28 octobre, par des coups de feu tirés à proximité de la mosquée de Bayonne, dans le sud-ouest de la France. L’auteur présumé, un octogénaire qui a préalablement essayé de mettre le feu à la porte de la mosquée, a été interpellé à son domicile.

« À 15h20, un homme a tenté d’incendier la porte de la mosquée de Bayonne. Surpris dans sa tentative par deux personnes, l’homme leur a tiré dessus », a indiqué un communiqué de la préfecture qui précise que l’homme, en repartant, a incendié une automobile.

Les deux victimes, deux hommes âgés de 74 et 78 ans, ont été hospitalisées, a précisé la préfecture des Pyrénées-Atlantiques dans un communiqué.

Le suspect, âgé de 84 ans, a été appréhendé à son domicile à Saint-Martin-de-Seignanx, dans les Landes, puis placé en garde à vue en milieu d’après-midi du chef de « tentative d’assassinats« , a indiqué le procureur de Bayonne Marc Mariée. Une équipe de déminage s’est également rendue à son domicile.

« Quelqu’un de totalement atypique dans le paysage »

Interrogé par l’AFP, Mike Bresson, adjoint à la mairie de Saint-Martin-de-Seignanx, a déclaré que l’homme, « connu sur la commune et fui pour ses excès verbaux », était « quelqu’un de totalement atypique dans le paysage, d’un verbe parfois assez violent ». « Il donnait l’apparence de quelqu’un de psychologiquement perturbé (…) Il n’aimait pas les gens de gauche, du centre et peu ceux de droite ».

Selon le journal Sud-Ouest, il avait adressé la semaine dernière une lettre « rageuse » au bâtonnier de Bayonne et au procureur de Dax, avec copie au quotidien qui ne la publie pas en raison de son caractère « discriminatoire et xénophobe ».

Le tireur présumé a été candidat du Front national (aujourd’hui Rassemblement national) lors d’élections locales en 2015, selon Reuters.

« La République ne tolérera jamais la haine »

Le président Emmanuel Macron, qui recevait à l’Élysée les responsables du Conseil français du culte musulman (CFCM), a condamné « avec fermeté l’attaque odieuse » affirmant que « la République ne tolérera jamais la haine » et que « tout sera mis en œuvre » pour protéger « nos compatriotes de confession musulmane ».

Avec AFP 

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus (0 )