Qatar2022, les choses sont désormais précises

Qatar2022, les choses sont désormais précises

Qatar2022, les choses sont désormais précises. Les représentants africains connaissent leurs adversaires du premier tour. Le mondial 2022, c’est du 21 novembre au 18 décembre 2022.

Abidjan, le 2-4-2022 (crocinfos.net) À Barthelemy Zouzoua Inabo: Qatar2022, les choses sont désormais précises. Les représentants africains connaissent leurs adversaires du premier tour. Le mondial 2022, c’est du 21 novembre au 18 décembre 2022.
Bon début de jeûne aux frères musulmans.

Le champion d’Afrique en titre, le Sénégal, est tombé, de l’avis général, dans une poule qui devrait lui permettre de sortir du premier tour. Il joue trois continents, l’Asie avec le Qatar, pays organisateur, l’Europe, avec les Pays-Bas et l’Amérique du Sud avec l’Equateur. Les Lions du Sénégal, constitués essentiellement de joueurs évoluant dans les championnats européens, avec des Top-joueurs dans chaque secteur de jeu, n’ont aucun complexe à nourrir. Au contraire, une ambition à faire mieux qu’en 2002, atteindre au moins les quarts de finale à construire.

Le Cameroun s’est qualifié au mental en Algérie mais cela ne suffira pas au Qatar. Le président de la fédération camerounaise a tracé l’objectif pour ses joueurs: « je ne vais pas au Qatar pour sortir au premier tour. ». Ça signifie que l’équipe doit se concentrer et se densifier. L’encadrement technique devra la faire progresser davantage dans l’animation du jeu. Les Lions Indomptables savent être des tueurs s’ils sont concentrés, s’ils jouent collectifs. Ils sont dans une poule plutôt compliquée avec le Brésil, la Suisse et la Serbie. Aucune équipe africaine n’a encore battu le Brésil en phase finale de coupe du monde. La Suisse est une équipe au football plutôt direct et pas du tout neutre. La Serbie connaît la Côte d’Ivoire. En 2006, les Ivoiriens l’avaient battue (3-2) à Munich. Son expérience avec l’Afrique est douloureuse. Et le Cameroun doit pouvoir en profiter.

Le Ghana retrouve l’Uruguay. Un contentieux à régler. Luis Suarez avait empêché les Black Stars de passer le cap des quarts de finale en 2010, en Afrique du Sud. L’attaquant vedette de l’Uruguay s’était transformé en gardien de but pour arrêter un ballon qui filait dans les buts. De quoi enrager les Ouest-africains, les surmotiver. Uruguay, Portugal, Corée du Sud, les adversaires du Ghana. Le Portugal de Cristiano Ronaldo, sur le chemin du Ghana. Les champions d’Europe 2016 sont portés à bout de crampons par la méga -star. Mais une seule hirondelle ne fait pas le printemps. En 2010, le Portugal avait été tenu en échec par la Côte d’Ivoire. Ronaldo brillait de mille feux à l’époque. La Corée, à la portée des Black Stars. Mais attention, le football bouge sur tous les continents.

Le Maroc a montré de nets progrès dans son jeu lors de la dernière CAN au Cameroun. Cohésion, vitesse, projection en avant, efficacité. L’équipe n’est pas allée au bout de ses ambitions. Elle est tombée en quart de finale contre l’Egypte. Mais pas vraiment de surprise pour sa qualification au mondial 2022. Sur le continent, le Maroc fait partie des pays qui se donnent les moyens de grandir. Dans la poule du Maroc, la Belgique, la Croatie, le Canada.
La Belgique, restée pendant longtemps, en tête du classement FIFA des meilleures équipes, n’est pas facile à jouer. Le Canada a un football plutôt direct et efficace. La Croatie, finaliste au mondial 2018, est très percutante. Le Maroc sait à quoi s’en tenir. Pour sortir du premier tour. Et faire mieux qu’en 1986. L’équipe avait atteint les huitièmes de finale. Meilleure performance en six participations au mondial.

La Tunisie, sixième phase finale. Toujours sortie au premier tour. Une poule difficile avec le champion du monde en titre, la France, le Danemark et le troisième adversaire qui sera connu en juin. La Tunisie a alterné le bon et le moins bon à la CAN 2021. Elle a passé difficilement le cap des barrages. Elle doit au moins franchir le premier tour. Et non plus se contenter de participer pour participer.

Une chose à noter, quatre des cinq entraîneurs des pays qualifiés sont des nationaux, des anciens footballeurs à la tête des sélections.
Dernière chose, chaque pays qualifié bénéficie de 4 milliards de FCFA pour la participation au mondial. La FIFA met à la disposition de chaque sélection qualifiée, la somme de 750 millions FCFA pour la préparation. En fait, avec ou sans l’aise de l’Etat, la coupe du monde denla FIFA se déroule. Par ces temps de crise sanitaire et même financière, c’est un bol d’oxygène pour le développement du football au niveau national, après la coupe du monde.

La chronique de Fernand Dédeh

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )