[Reportage Lutte contre la Covid-19] Difficile application des mesures barrières par les populations

[Reportage Lutte contre la Covid-19] Difficile application des mesures barrières par les populations

Abidjan 22-04-2020 (lepointsur.com) Les agents des forces de sécurité doivent redoubler d’effort dans le cadre de la sensibilisation des populations sur le respect des mesures barrières de lutte contre la pandémie à Covid-19. Le reportage du mercredi 22 avril 2020, avec eux en dit long.

Commissariat de police du 3e arrondissement, dans la commune d’Adjamé. Il est 9h 57min, ce mercredi quand, le commissaire Ouffouet Hyacinthe vêtu dans sons treillis, le masque au visage commence à préparer ses éléments pour la mission du jour.

4c2172e3 1413 48c0 93a4 90dcec448eab

La police nationale de Côte d’Ivoire a encore du pain sur la planche

Après le salut militaire et les consignes d’usages à ses éléments, la sensibilisation des populations sur le respect des mesures barrières de lutte contre la pandémie à Covid-19 peut commencer. À peine sorti de son bureau, que les premiers vendeurs installés aux encablures du commissariat tombent sous le coup du non respect des mesures barrières.

Recommence la sensibilisation, qu’il a entreprise avec ses éléments auprès des vendeurs à qui, des consignes allant du port du masque, à la mesure de distanciation d’un mètre avaient été édictés.

Au grand marché d’Adjamé, communément appelé Le Forum d’Adjamé, le constat est le même, parfois pire. Des magasins de vente de vêtements, de chaussures, et autres…, plusieurs commerçants n’ont pas encore pris la pleine mesure du danger de la maladie. Ils empochent les masques qu’ils ressortent à la vue des forces de l’ordre. « Je sais qu’il faut porter le masque pour ma santé et pour les autres, mais souvent ça nous étouffe », expliquent la majorité des commerçants pris en violation des mesures.

‘’Plusieurs commerçants n’ont pas encore pris la pleine mesure du danger de la maladie’’.

En ce lieu beaucoup fréquenté par les populations abidjanaises, les mesures de distanciation peinent à être respectées, mais le commissaire Ouffouet Hyacinthe et ses éléments trouvent des mots justes pour expliquer le bien fondé de la lutte contre la maladie à Covid-19. «Bonjour messieurs et dames. Hier nous étions ici pour vous sensibiliser sur la maladie à Coronavirus, mais je constate que vous avez du mal à respecter les mesures barrières », indique-t-il. Parfois, il doit hausser le ton pour se faire entendre. « Si vous ne respectez pas les mesures, nous seront obligés de fermer le marché pour éviter la propagation du virus», met-il en garde.

Dans une cour commune en plein marché, notre équipe de reportage visite l’appartement d’une sexagénaire, restée seule à la maison. Sans masque de protection. Le commissaire lui donne des conseils et lui explique l’importance du respect des mesures sanitaires de lutte contre la propagation de la pandémie. Au moment où nous arrivons dans la commune d’Attécoubé, voisine à celle d’Adjamé, au 10e arrondissement, il était 11h 05min.

4791d0f3 7f42 47ca 90a4 21440ba07aab

Le respect de la distanciation n’est pas pour maintenant…

Le commissaire Kouamé Yao Serge P. et ses hommes prennent le relai. Le constat est le même partout dans les commerces et domiciles. La police a du pain sur la planche. Tant, les éléments sont appelés à reprendre les mêmes gestes et les mêmes mots à leur passage. Certaines populations trouvent des excuses à la violation des mesures mettant ainsi en péril leur propre santé et celle de leur voisinage. Le commissaire du 10e explique le danger et la gravité de la maladie qui n’est pas un jeu, mais une réalité. Dans un langage accessible,  il indique qu’elle ne trie personne, et qu’‘’il n’y a pas à dire que c’est une maladie de blancs, de noirs, de riches ou de pauvres’’. « Elle concerne tout le monde, et nous devons tout faire pour l’éviter. Donc s’il vous plaît, allez chercher vos masques de protection et portez-les pour ne pas que, si l’un d’entre vous est contaminé, la maladie puisse se propager en contaminant les autres», a conseillé le commissaire, Kouamé Yao Serge.

‘’Certaines populations trouvent des excuses à la violation des mesures mettant ainsi en péril leur propre santé et celle de leur voisinage’’.

À l’étape du 27e arrondissement, Adjamé-Bracodi, changement de décor, d’acteurs et de commissaire. Le commissaire de cet arrondissement, Sabalé Brou doit affronter les usagers de la route et les responsables des gares.

Nonobstant les actions de sensibilisation des éléments des unités de régulation de la police nationale, certains usagers continuent de défier la mort. L’indiscipline et le désordre qui caractérise ce milieu refait surface de la mauvaise manière. Ceux qui portent les masques se comptent du bout des doigts et les mesures de distanciation ne sont pas respectées. Du constat à la déclaration de notre interlocuteur, il y a un hiatus. « Dans les gares d’Adjamé, le taux de suivi des mesures barrières est de 90% », nous informe le commissaire de police.

Se laver régulièrement les mains, porter des masques de protection, respecter la distanciation sociale, et aussi le couvre-feu sont des défis difficiles à relever par les agents des forces de sécurité dans le cadre de la lutte contre la propagation de la maladie à coronavirus. La police ivoirienne saisie l’occasion pour se rapprocher des populations et les mettre en confiance.

Georges Kouamé

 

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )