[Ruptures brutales] Les socialistes ivoiriens jouent, en ce moment, la nouvelle saison des ruptures politiques brutales vécues en France

[Ruptures brutales] Les socialistes ivoiriens jouent, en ce moment, la nouvelle saison des ruptures politiques brutales vécues en France

Abidjan, 27-10-2021 (Crocinfos.net) Comme Jacques Chirac et Édouard Balladur, qui ont brisé leur pacte en 1995 (Chirac à la tête du RPR en vue de présenter sa candidature à la présidentielle de 1995 et Balladur, Premier ministre de François Mittertand à partir de 1993, qui a aussi annoncé sa candidature), Laurent Gbagbo et Pascal Affi N’Guessan ont fini, pour le contrôle du FPI, par rompre leur contrat politico-moral; le premier fustigeant un chantage et le second tirant à boulets rouges sur un abus et une personnalisation du pouvoir. Et à partir du 9 août 2021, les deux rivaux sont partis, chacun de leur côté. A peine cet épisode tarde-t-il à s’éteindre qu’une série de la trahison française “à la Shakespeare’’ est servie aux Ivoiriens. En effet, au soir de la défaite, le 6 mai 2007, de Ségolène Royal devant Nicolas Sarkosy, sa rupture est annoncée avec François Hollande, alors premier secrétaire du Parti socialiste.

La candidate malheureuse lui a reproché son “inaction’’ durant sa campagne électorale, sabotée par lui et tous les éléphants du PS. A la trahison sentimentale était venue donc se greffer la trahison politique qui a emporté ce couple français. « Qui cache ses fautes est, à la fin, trahi par sa conscience », déclarait Shakespeare. En Côte d’Ivoire, il y a aussi du Shakespeare dans la crise politico-sentimentale qui mine le couple Gbagbo. L’épouse a boycotté la naissance, le 17 octobre 2021, du nouveau parti baptisé PPA-CI de l’époux et refusé d’y adhérer.

« J’ai fait tout ce combat et qu’est-ce que j’en tire? Je n’ai même pas la reconnaissance de celui qui partageait ma vie », s’est désolée, à Kinshasa, Simone Ehivet-Gbagbo. Les relations se sont rapidement et soudainement dégradées entre Laurent Gbagbo et sa compagne d’une quarantaine d’années à qui, le 26 octobre 2000 à sa prestation de serment, il dédiait sa victoire électorale pour avoir abattu “60% du travail’’ pour son seul mandat (octobre 2000 – avril 2011). Non seulement, après son acquittement à la CPI, l’ancien chef de l’État a demandé à son épouse, qui est en même temps un dinosaure de l’ex-parti au pouvoir, de ne pas venir l’accueillir à l’aéroport, le 17 juin 2021, à son retour définitif au pays, mais, le 21 juin, donc aux pas de course, il a introduit une procédure de divorce devant les tribunaux. Et cela a mis le feu aux poudres.

Au-delà des deux protagonistes, leurs partisans se regardent désormais en chiens de faïence et se livrent une guerre à distance. Car si Laurent a lancé le PPA-CI, Simone, elle, parraine le Mouvement des générations capables (MGC, groupe de soutien). Néanmoins, il existe une différence fondamentale dans ce dernier cas d’ex-amoureux. Hollande et Royal, bien qu’ayant en commun quatre enfants, n’ont jamais été mariés légalement, contrairement aux Gbagbo. Et en France, la trahison s’est soldée, des années plus tard, par une réconciliation politique; Royal ayant accepté un portefeuille ministériel sous le mandat présidentiel de Hollande.

Car, nous l’apprend Bédié, la politique ne finit jamais de réserver des surprises. Qui invitent à jouer balle à terre. Car, « elle est, a-t-il soutenu, l’art de l’impossible ». F. M. Bally Photo: Laurent Gbagbo et Simone Ehivet-Gbagbo ne regardent plus dans la même direction.

Par Ferro Bailly

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )