[Sécurité] La gestion de la frontière commune entre le Ghana et la Côte d’Ivoire au cœur des échanges (Rapport de presse)

[Sécurité] La gestion de la frontière commune entre le Ghana et la Côte d’Ivoire au cœur des échanges (Rapport de presse)

Une rencontre de prise de contact entre la Commission des Frontières du Ghana (Cnfg) et celle la Côte d’Ivoire (Cnfci) s’est tenue le 24 février 2022, à Labadi Beach Hotel, à Accra au Ghana pour poser les bases de discussions sur la gestion de la frontière commune, selon le rapport de presse transmis à notre rédaction.

Abidjan, le 27-2-2022 (crocinfos.net) Une rencontre de prise de contact entre la Commission des Frontières du Ghana (Cnfg) et celle la Côte d’Ivoire (Cnfci) s’est tenue le 24 février 2022, à Labadi Beach Hotel, à Accra au Ghana pour poser les bases de discussions sur la gestion de la frontière commune, selon le rapport de presse transmis à notre rédaction.

Le général de division Emmanuel Kotia, coordonnateur national de la Commission des Frontières du Ghana et co-président de la rencontre a rappelé les excellents liens historiques entre le Ghana et la Côte d’Ivoire. Il a indiqué la nécessité de définir le tracé de la frontière commune conformément aux dispositions internationales, régionales et sous régionales. Concernant la frontière maritime, il a souhaité la mise en place d’une commission technique mixte et paritaire.

Par ailleurs, au nom du Premier ministre Patrick Achi, président de la CNFCI et d’Adama Tounkara, médiateur de la République de Côte d’Ivoire, en charge du dossier sur le contentieux maritime entre la Côte d’Ivoire et le Ghana, le préfet hors-grade Diakalidia Konaté, secrétaire exécutif de la Commission nationale des frontières de la Côte d’Ivoire a émis l’espoir que cette rencontre contribue au renforcement de la coopération transfrontalière entre la Côte d’Ivoire et le Ghana.

Pour ce faire, il a souligné la nécessité de mener des actions coordonnées en vue d’améliorer la sécurité, la surveillance des frontières, les conditions de vie des populations et les actions de développement socio-économiques dans les zones frontalières.

Tout comme lui, Owusu-Bioh Benito, ministre ghanéen des Affaires territoriales et des Ressources naturelles a fondé beaucoup d’espoir sur les conclusions des travaux de cette rencontre. Pour lui, l’existence d’un État se caractérise par des frontières bien définies. Il a également souhaité le renforcement de la coopération transfrontalière entre les deux pays pour le bien-être des populations vivant dans les espaces frontaliers communs.

accra 2

La photo de famille

Après les différentes allocutions, les participants ont échangé sur les points suivants lors des travaux:

–           la matérialisation et réaffirmation de la frontière terrestre ;

–           la mise en œuvre de la décision du Tribunal International du Droit de la Mer ;

–           la coopération transfrontalière ;

–           les problèmes spécifiques d’intérêt commun entre les deux États.

Sur la matérialisation et réaffirmation de la frontière terrestre. Les parties ont convenu d’une rencontre à Abidjan du 21 au 25 juin 2022.

Au cours de cette rencontre, il sera question de :

–           l’installation d’une commission mixte technique de réaffirmation, de délimitation et de démarcation de la frontière terrestre Côte d’Ivoire-Ghana ;

–           l’organisation de rencontres préparatoires des membres de cette Commission pour élaborer un plan d’actions et de financement des activités de ladite Commission.

Sur la mise en œuvre de la décision du Tribunal international du droit de la mer. Pour une gestion efficace des questions maritimes, les deux parties ont convenu de la mise en place d’une Commission technique mixte et paritaire en charge des questions maritimes. Cette Commission, une fois mise en place, pourrait passer en revue la proposition de la partie ghanéenne lors d’une rencontre à Abidjan.

Sur la coopération transfrontalière. La partie ivoirienne a fait une proposition d’un projet d’accord-cadre de coopération transfrontalière. Les observations de la partie ghanéenne qui devront être reçues avant le mois de juin 2022, permettront de finaliser le projet lors de la rencontre d’Abidjan.

La partie ivoirienne a indiqué travailler à l’élaboration des termes de référence d’une étude sur la viabilité des espaces frontaliers et des domaines de compétences en vue de la mise en place des groupements locaux de coopération transfrontalière et de cadres de coopération sectoriels.

En ce qui concerne l’organisation de la commémoration de la Journée Africaine des Frontières qui se tiendra du 07 au 10 juin 2022 à Noé (Côte d’Ivoire) et Elubo (Ghana), les deux parties ont accepté d’organiser conjointement une campagne de sensibilisation sur les méfaits de la pollution des cours d’eau.

En ce qui concerne la rencontre tripartite de l’espace communautaire Volta Noire, les parties ont convenu de participer à cette activité qui aura lieu à Jirapa au Ghana en avril 2022.

Sur les problèmes spécifiques d’intérêt commun. Concernant les incidents récurrents :

–           l’abattage des singes de la forêt sacrée de Soko (Côte d’Ivoire) ;

–           l’insécurité avec son corollaire de kidnapping ;

–           l’occupation des rives de la Volta Noire par les pécheurs Ghanéens ;

–           et de tout problème spécifique aux frontières.

La prochaine rencontre, prévue à Abidjan du 21 au 25 juin 2022, donnera une suite plus claire sur la gestion de la frontière commune entre le Ghana et la Côte d’Ivoire.

La rédaction, info secrom CNFCI

 

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )