[Côte d’Ivoire] Danielle Boni Claverie : « Il n’y a pas que Bédié et Alassane pour sauver notre pays»

[Côte d’Ivoire] Danielle Boni Claverie : « Il n’y a pas que Bédié et Alassane pour sauver notre pays»

La présidente de l’Union Républicaine pour la Démocratie (URD)  a échangé le mardi 5 juin 2018 dans un esprit de confraternité et de convivialité avec le bureau de l’Union des Patrons de Presse en Ligne de Côte d’Ivoire (UPL-CI) à sa résidence de la Riviera Golf. Au centre des échanges, l’actualité et le rôle de la presse numérique pour renforcer la démocratie en Côte d’Ivoire.

« Nous sommes venus pour présenter notre organisation qui a décidé d’œuvrer au renforcement de la cohésion sociale et de la démocratie dans notre pays. Pour cela nous vous rassurons de notre disponibilité à vous ouvrir les colonnes des sites membres à toutes vos activités », a indiqué le président de l’UPL-CI, Nando Dapa.

« J’apprécie votre démarche, non pas parce que je suis en face de confrères, puisque moi aussi, j’ai été journaliste mais plutôt  parce que bien souvent, nous ne savons pas à qui nous avons affaire tant il y a une multitude de presse en ligne aujourd’hui, radio et télé y compris », a déclaré l’ancienne ministre de la communication. La doyenne a conseillé ses hôtes au respect de l’éthique et de la déontologie de la profession afin d’aller de l’avant. « Je voudrais que vous puissiez me rassurer du respect des règles de ce métier par vos membres », a-t-elle conseillé.

« Mme la présidente, nous voudrions vous dire de ne pas vous inquiéter, parce que nous sommes tous des journalistes professionnels, détenteurs de la Carte d’Identité de Journaliste Professionnel (CIJP) et donc très respectueux des règles de l’art », a rassuré M. Dapa.

Abordant l’actualité sur un éventuel 3e mandat entretenu par le Chef de l’Etat, la présidente de l’URD a dit clairement son opposition à cette intention. « Il ne faut pas fouler au pied notre constitution. Même si cela n’a pas été clairement écrit, par principe, un 3e mandat n’est pas possible pour Ouattara », a tranché l’ancienne ministre de la Communication, ajoutant par ailleurs, Le Président Ouattara est un homme que je connais bien pour avoir travaillé avec lui. Il est beaucoup rigoureux au travail en tant qu’économiste .Mais je ne pense pas qu’il soit aussi un brillant homme politique. Je lis souvent les déclarations de Cissé Bacongo et j’ai l’impression que c’est lui qui lance les ballons d’essai .» Répondant à la question sur la position de l’URD au sujet de  la révision de la liste électorale annoncée pour démarrer à partir du 17 juin 2018, la Présidente dit ne pas souscrire à l’idée du boycott comme le préconisent certains partis de l’opposition. « A l’URD, nous pensons qu’il faut s’enrôler. Même si nous sommes d’accord que la CEI (Ndlr : Commission électorale indépendante) actuelle devrait être reconstituée. Cependant, cela ne doit pas constituer une raison suffisante pour ne pas se faire enrôler. Et d’ailleurs l’enrôlement ne concerne pas seulement les élections. Il faut donc le faire car, on ne sait jamais » a-t-elle expliqué. Aussi, l’ex-ministre du pouvoir Bédié s’est insurgée contre ceux qui pensent qu’il n’y a qu’Ouattara et Bédié pour sauver la Côte d’Ivoire. « Quand j’entends cela, je suis inquiète, car il n’y a pas que ces deux-là pour décider de l’avenir de notre pays ! Après plus de 50 ans d’indépendance, nous pensons qu’il y a des hommes et des femmes assez mûrs et intelligents capables de décider de ce qui est bien pour la Côte d’Ivoire » a-t-elle précisé.

UPL-CI

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus (0 )