Cote d’Ivoire: developpement local, les recettes de Edmond koua M’Bia et du maire Antoine Kouame N’Zi…

Cote d’Ivoire: developpement local, les recettes de Edmond koua M’Bia et du maire Antoine Kouame N’Zi…

-Les Fora communautaires “boostent” le développement local de l’Iffou

M Abe Y’a Jean(1er adjoint au maire de M’batto):La Fora nous a permis d’orienter les ressources budgétaires vers les besoins essentiels et prioritaires...”

Initié par le maire de la commune de Ouellé,  Antoine Kouamé N’ZI, dans le souci de promouvoir une gouvernance concertée dans les régions de l’Iffou et du Moronou et dirigée par un coordinateur chevronné Edmond Koua M’BIA, spécialisé quant aux  questions de gouvernance et redevabilité sociale notamment en matière de mise en œuvre du Processus Budgétaire Participatif (PBP),les communes de Ouellé, M’Bahiakro, Bongouanou, Prikro, Daoukro et M’Batto appliquent le Budget Participatif depuis 2017 comme outil de prise de décision et de gestion pour accroître la participation citoyenne dans la gestion des communes. L’information a été donnée récemment au cours d’une conférence de presse prononcée conjointement par le coordonnateur Edmond Koua M’BIA et  le 1er adjoint au maire, M Sidi Traoré.

La mise en œuvre du projet d’appui au contrôle citoyen de l’action publique (CCAP) et la redevabilité à travers la pratique du Budget Participatif financé conjointement par l’Union Européenne et les communes bénéficiaires a pour objectif d’allouer les ressources budgétaires des communes ciblées vers les besoins prioritaires exprimés par les populations à travers la tenue de fora communautaires…”, a indiqué le conférencier,Edmond Koua M’bia .Toujours, selon le conférencier , ledit projet vise à renforcer les compétences des acteurs locaux dans la mise en œuvre du processus Budgétaire participatif,susciter une concertation apaisée entre les détenteurs de droit et les débiteurs d’obligation dans la planification du développement local et orienter les ressources budgétaires des communes ciblées vers les besoins essentiels et prioritaires des populations.

“Pour réussir le projet, nous sommes passés par deux (02) phases : L’adoption du Budget Participatif comme outil de gestion et de planification du développement par la signature d’une délibération par les Conseils Municipaux et la phase de mise en œuvre pratique du processus à travers les fora communautaires, les forums de délégués et les forums communaux”, a renchéri le conférencier.

A toutes fins utiles, au cours de le période précédente, à en croire, Edmond Koua M’bia et Sidi Traoré, plusieurs actions ont été menées. Notamment la formation de 200 acteurs locaux sur le mécanisme de contrôle citoyen de l’action publique ; celle de 30 facilitateurs communautaires sur les techniques de priorisation des projets communautaires , la création de Cent (100) Comités de Participation Citoyenne (CPC)  la mobilisation, l’information et la sensibilisation des populations sur l’importance de la participation citoyenne . A cela, il faut ajouter l’animation de cent vingt (120) Fora communautaire dans les quartiers et villages suburbains des communes ciblées pour la promotion du Budget Participatif , la tenue de 06 forums des délégués et 06 forums communaux  réalisés afin d’identifier les projets prioritaires des communautés à inscrire aux programmes triennaux.

-De l’apport des 6 communes bénéficiaires. Ces différentes actions ont pu se réaliser grâce à l’affirmation de la volonté politique des 06 communes bénéficiaires du projet, car le processus ne peut être amorcé qu’après affirmation de la volonté politique des élus notamment les maires, à adopter le budget participatif dans l’élaboration de leur programme de développement dont la tradition financière est le Budget communal”, a précisé Edmond Koua M’bia. Avant d’indiquer :”Dans le cadre de la mise en œuvre du projet, cela s’est matérialisé par la signature d’un arrêté municipal (délibération du conseil municipal) adoptant le Budget participatif dans chacune des communes ciblées.Aussi, faut-il noter la bonne collaboration des autorités déconcentrées et décentralisées des zones d’intervention du projet toute chose qui  a permis une grande participation des bénéficiaires et la réussite des activités exécutées”.

-Des recommandations. Pour une meilleure implantation  du processus BP en Côte d’Ivoire, Edmond Koua M’bia et ses collaborateurs décident de conduire le processus expérimental pendant plusieurs années pour tester et affiner les outils étudiés ;mobiliser des ressources supplémentaires pour la réalisation des projets communautaires retenus lors des forums communaux dans les communes ciblées, mettre en place des comités communaux de coordination du Budget Participatif dans les municipalités de sorte à consolider le processus à la fin du projet et surtout mobiliser les partenaires techniques et financiers pour apporter des ressources matérielles et financières nécessaires à la mise en œuvre du Budget notamment le financement de projets identifiés par les populations et inscrits dans les programmes de développement communaux.

EKB

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )