[Côte d’Ivoire Santé] Des ex-agents déflatés de la santé menacent de débrayer

[Côte d’Ivoire Santé] Des ex-agents déflatés de la santé menacent de débrayer

Le bureau exécutif national du Synades (Syndicat national des ex-agents déflatés de la santé) et assimilé(s) (contractuels) réunis  en assemblée générale extraordinaire (A.G.E) le mardi 5 mai 2020 à Cocody projettent un arrêt de travail collectif dans tous les établissements sanitaires publics, sur l’étendue du territoire national, à compter du mardi 19 au vendredi 22 mai 2020 inclus, reconductible si aucune satisfaction des revendications n’est obtenue.

Dans un communiqué de presse du 8 mai 2020, Hubert Kpansai, secrétaire général du bureau exécutif (au centre photo de Une) et ses membres exigent l’octroi d’une indemnité de risque sanitaire, la prise en compte d’une couverture maladie, le paiement de la prime Covid-19, le paiement avec effet financier de l’arrêté N° 2020-012/MEPS/CAB du 30 janvier 2020, portant revalorisation des primes mensuelles de transport des travailleurs du secteur privé et le paiement de la revalorisation catégorielle et le paiement du rappel du Smig.

À l’analyse, ils constatent qu’ils sont un véritable maillon important du système sanitaire ivoirien, mais ‘’se sentent méprisés par la tutelle à travers  les structures de prestations pour des intérêts jugés personnels et égoïstes’’. « Nous en voulons pour preuve, plusieurs discriminations, qui sont entre autres, l’absence de prime de risque, l’exclusion dans la couverture maladie, le non-paiement à ce jour de la prime Covid-19, le non-paiement de la revalorisation des primes mensuelles de transport des travailleurs du secteur privé conformément à l’arrêté n 2020-012/MEPS/CAB du 30 janvier 2020, la non régularisation de la revalorisation catégorielle et le rappel du Smig ».

Selon Hubert Kpansai, après plusieurs rencontres avec le directeur de cabinet du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, des protocoles d’accords n’ont pas été respectés. C’est pourquoi, à l’en croire, quitus a été donné à l’unanimité au directoire d’user de tous les moyens et procédures pour la prise en compte de nos revendications afin de corriger l’injustice galopante dont nous sommes victimes au sein du ministère de la santé. « La non-application du décret N°2015-460 du 24 juin 2015 qui abroge le décret n° 94-218 du 20 avril 1994 auxquels sont assujetties les structures en charge des ex-agents journaliers de l’État à son article 3. Le non-respect des résolutions des négociations du MSHP portant sur la prise d’une décision en faveur de l’intégration des contractuels de la santé à la Fonction Publique suite à l’arrêt de travail de novembre 2019 », explique-t-il.

Toutefois, le Synades et assimilés restent ouvert au dialogue avec les autorités compétentes, afin d’aboutir à des solutions concrètes et satisfaisantes pour l’ensemble des travailleurs.

Les ex-agents déflatés de la santé de Côte d’Ivoire exercent dans tous les services sauf en médecine et à l’infirmerie. Ils constitueraient, environ 20% du personnel de la santé et sont en première ligne face à la lutte contre la pandémie à Covid-19.

Kpan Charles

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )