[INFJ] Les élèves réclament plus de 2 ans d’arriérés de bourse

[INFJ] Les élèves réclament plus de 2 ans d’arriérés de bourse

Les élèves de l'école du personnel pénitentiaire de l’Institut National de la Formation Judiciaire (INFJ) ont manifesté ce lundi 25 octobre 2021, à Abidjan pour réclamer environ 2 ans d’arriérés de bourse.

Abidjan, le 25-10-2021 (crocinfos.net) Les élèves de l’école du personnel pénitentiaire de l’Institut National de la Formation Judiciaire (INFJ) ont manifesté ce lundi 25 octobre 2021, à Abidjan pour réclamer environ 2 ans d’arriérés de bourse.

Environ 200 élèves de l’Ecole du Personnel Pénitentiaire promo 2019 2020 et 2020 2021 manifestent, ce matin pour réclamer environ 24 mois de bourse impayés.

Un arrêté interministériel n°1013/MJDH/MEF/MBPE du 11 novembre 2020, portant nomination en qualité d’élèves fonctionnaires agents d’encadrement, les candidats admis au concours direct du cycle d’agents d’encadrement des Établissements pénitentiaires de l’école du personnel pénitentiaire de l’Institut national de formation judiciaire (session août 2019) dispose en son article 2 ce qui suit: ” les intéressés percevront une bourse correspondant à la rémunération attachée à l’indice du début des emplois du grade C1 de la formation publique “. Mieux, ” La bourse est payée mensuellement aux élèves issus du concours direct et est due durant toute la période de la scolarité “, précise l’article 3.

Cet arrêté qui devrait prendre effet à compter du 1er juillet 2020, date de prise de service des intéressés, indique en son article 4 que ” la dépense relative à la bourse est imputable au budget de l’Institut national de la formation judiciaire, destination 138 59 01 01, nature 6431, chapitre 649.9′‘. (Voir Voir fac-similé).FAC SIMULE 1 ORIG FAC S 3 FAC S 2

En effet, c’est en  2018 que l’INFJ (Institut National de la Formation Judiciaire) a lancé pour la première fois, les concours directs d’accès aux cycles supérieur, moyen supérieur, moyen et des agents d’encadrement de l’Ecole du Personnel Pénitentiaire. Depuis lors, l’organisation ininterrompue de ces concours a permis le recrutement de trois (3) promotions d’élèves pénitentiaires.

En revanche, les deux premières promotions, après admission aux concours, ont effectivement commencé leur formation de vingt-quatre (24) mois. Après respectivement, vingt-trois (23) et quinze (15) mois de formation, ces deux promotions n’ont reçu aucun centime de leurs bourses.

‘’ Quelques mois après le début de notre formation, s’est posé la question du paiement de nos bourses. Approchant l’administration, celle-ci ne nous dit vraiment rien de satisfaisant ‘’, ont-ils déclaré.

d24fdf0b 5d4f 4406 a3f9 621b19bbef98Une situation qui a mis certains d’entre eux dans la précarité liée à des loyers impayés d’où leur expulsion et leur ras-le-bol. On pouvait lire sur les pancartes brandies par des manifestants : « Pourquoi cette injustice au sein de l’Institut National de la Formation Judiciaire. J’aime la justice ; j’exige le paiement intégral des bourses des élèves de l’école pénitentiaire »…

Face à cet état de fait, ces élèvent haussent le ton d’e l’injustice qu’ils subissent et dénoncent la non applicabilité de l’arrêté, afin de faire bouger les lignes.

Les élèves de l’école du personnel pénitentiaire sont: les Administrateurs des services pénitentiaires (BAC +4ou5) attachés des services pénitentiaires (BAC +3 ou 2) les contrôleurs des établissements pénitentiaires ( BAC) agents d’enseignement des établissements pénitentiaires (BEPC).

Médard KOFFI

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )