Après la maladie à virus Ebola : la fièvre de Lassa aux portes de la Côte d’Ivoire #santé

Après la maladie à virus Ebola : la fièvre de Lassa aux portes de la Côte d’Ivoire #santé

-Voici les mesures à respecter

Dans un communiqué du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique du 3 février 2018, la ministre Dr Raymonde Goudou Coffie, annonce la présence de la fièvre de Lassa qui ‘’sévit actuellement au Nigéria, au Bénin et  près de nous en Guinée.’’  « La Fièvre de Lassa est une fièvre hémorragique virale (comme la fièvre jaune, la maladie à Virus Ebola, la Dengue, etc.), à déclaration obligatoire, due au virus de Lassa (qui tient son nom de la ville de Lassa dans l’État de Borno au Nigeria). Elle est, transmise à l’homme par contact avec des aliments ou des articles ménagers contaminés par les urines ou les excréments d’une souris (Mastomys natalensis) communément appelée ‘’rat à mamelles multiples’’ », indique le communiqué.

Capture 8

La ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Dr Raymonde Goudou

Cependant, poursuit-il « Le virus peut également se transmettre d’homme à homme par contact direct avec le sang, les urines, les excréments ou autres sécrétions organiques d’une personne contaminée. Cette maladie est responsable d’épidémies surtout dans la région Ouest Africaine. »

Par ailleurs, la fièvre de Lassa se manifeste par un syndrome pseudogrippal avec une fièvre élevée associée à des céphalées, des nausées et vomissements, une fatigue intense et peut se compliquer d’hémorragies mortelles.

« Les symptômes de la fièvre de Lassa sont très variables et non spécifiques, ce qui rend souvent difficile le diagnostic clinique aux premiers stades de la maladie, d’où la nécessité absolue du diagnostic biologique effectué dans un laboratoire de référence pour la confirmation de tout cas suspect. »

C’est pourquoi le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique recommande aux populations le respect des mesures suivantes :

– laver à l’eau propre et au savon tous les ustensiles de cuisine et les conserver à l’abri des rongeurs ;

–  éloigner des habitations les ordures ménagères et déchets de toute nature ;

– éviter toute manipulation ou consommation de rongeurs ;

– éviter tout contact avec les urines et les excréments des rongeurs ;

– éviter de manipuler sans protection les sécrétions organiques (sang, urine, etc.) de tout malade présentant une fièvre avec ou sans saignement ;

– lutter contre la présence des rongeurs dans les lieux d’habitation et tout lieu recevant du public (hôtels, restaurants, maquis, etc.) ;

En définitive, la prévention de la fièvre de Lassa passe par la promotion d’une bonne hygiène du milieu.

« Afin de garantir une surveillance efficace de cette maladie en Côte d’Ivoire, le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique  demande à toute personne de se rendre immédiatement dans le centre de santé le plus proche en cas d’apparition des signes suivants : forte fièvre suivie de malaise généralisé, de faiblesse et de douleurs musculaires », prévient la ministre de la Santé.

A ce jour, précise Raymonde Goudou Coffie la Côte d’Ivoire ‘’n’a enregistré aucun cas.’’ «  Toutefois, la situation épidémiologique des pays affectés et leur  proximité avec notre pays exige une communication publique sur les risques liés à la circulation du virus responsable de cette maladie. »

Dans un communiqué similaire, le ministère de la Santé tirait la sonnette d’alarme le mercredi 23 juillet 2014, sur le risque très élevé de propagation de la maladie à virus Ebola sur le territoire ivoirien. Les dispositions prises par ledit ministère et la grande campagne de sensibilisation, menée à cet effet a fait éviter à la Côte d’Ivoire des cas de contraction de cette maladie.

Le Montagnard

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )