[Capitaine Ibrahim Traoré] souveraineté, panafricaniste d’accord…propagande non!

[Capitaine Ibrahim Traoré] souveraineté, panafricaniste d’accord…propagande non!

La critique acerbe de Dr. Issa Sangaré Yeresso sur le Capitaine Ibrahim Traoré du Burkina Faso, accusé de propagande et d'ingratitude envers la Côte d'Ivoire et son président Alassane Ouattara achève de convaincre que putschiste au pouvoir au pays des hommes intègres a oublié les relations fraternelles entre la Côte d’Ivoire et la Burkina Faso.

Abidjan, Côte d’Ivoire, le 11 juillet 2024 (crocinfos.net)—Capitaine Ibrahim Traoré du Burkina Faso : souveraineté, panafricaniste d’accord…propagande non! et non ! et non!

Capitaine, vous nous confortez dans l’image d’un putschiste qui, pour se faire remarquer se donner de la contenance, de l’importance cherche des palabres avec plus grands, plus importants que soi. Votre seul programme, diaboliser la Côte d’Ivoire et son président Dr. Alassane Ouattara. La Côte d’Ivoire est plus la base hospitalière confortable de 59000 burkinabés que vous n’avez pas été capable de protéger, qui ont fui la guerre; à qui la Côte d’Ivoire offert gratuitement maisons, nourriture, écoles, électricité et soins médicaux. Malgré les tonnes d’armes que le président Alassane Ouattara vous a offertes.

‘’Depuis que vous avez squatté le palais de Kosyam vous et vos compagnons ont déserté le front, le théâtre des opérations. Les soldats burkinabés, de jeunes innocents sont tués par centaines, des villageois sont massacrés par milliers, certains citoyens sont enrôlés de force, d’autres sont incarcérés, d’autres encore sont assassinés par votre milice.’’

La Côte d’Ivoire ayant refusé de vous livrer vos opposants, vous la diaboliser; c’est de l’ingratitude. Le motif pour lequel vous et vos compagnons d’armes avez brigandé le pouvoir à Ouagadougou est de combattre l’insécurité. Malheureusement depuis que vous avez squatté le palais de Kosyam vous et vos compagnons ont déserté le front, le théâtre des opérations. Les soldats burkinabés, de jeunes innocents sont tués par centaines, des villageois sont massacrés par milliers, certains citoyens sont enrôlés de force, d’autres sont incarcérés, d’autres encore sont assassinés par votre milice. Les journalistes sont fréquemment embastillés et la presse nationale et internationale sont muselées, bâillonnées. Pour masquer votre incapacité à défendre le Faso, vous manipulez le peuple burkinabé en imaginant une « troisième colonne ». L’hymne du Mandingue enseigne « Si tu ne peux défendre le pays de tes pères, donne le sabre aux femmes qui t’indiqueront le chemin de l’honneur… »

Capitaine, n’avez-vous pas remarqué que des trois putschistes des états du sahel (AES) vous êtes le seul bavard agité ? Est-ce ça le panafricanisme ? Certainement pas. Vous avez gaspillé l’espoir que certains jeunes avaient placé en vous. Soyez certain le Burkina Faso nous a habitué à la rectification de la révolution.

‘’La patrie ou la mort la démocratie vaincra.’’

Les faits sont sacrés les commentaires sont libres.

Dr. Issa Sangaré Yeresso, Prix international de journalisme Université Aix Marseille 2.Chevalier de l’ordre de la Culture.

CATEGORIES
TAGS
Share This