Conséquences du coup d’État de l’AES sur la CEDEAO (Fernand Dédeh)

Conséquences du coup d’État de l’AES sur la CEDEAO (Fernand Dédeh)

Les répercussions du coup d’État de l’AES contre la CEDEAO, affectent la sécurité, le commerce et les relations internationales en Afrique de l’Ouest.

Abidjan, Côte d’Ivoire, le 8 juillet 2024 (crocinfos.net)—À Barthelemy Zouzoua Inabo : Crises de nerfs à la CEDEAO, menaces à peine voilées contre les États de l’AES, mais l’organisation sous-régionale garde la main tendue. Cafouillages politiques et incertitudes à Paris. « Les législatives anticipées ne disent pas qui va gouverner », s’énerve Manu. Sport, retour sur la sanction de la CAF contre le président de la Fecafoot.

L’AES consolide ses bases, définit ses principes de fonctionnement et désigne ses organes dirigeants. La CEDEAO étouffe, mais ne désespère pas de ressouder la famille.  La position du Sénégal est désormais connue. « Si je vous dis que j’applaudis à la création de l’association des États d’un Sahel, je ne vous dirai pas la vérité. Ce qui nous lie à la CEDEAO est très fort », a déclaré l’ancien ambassadeur du Sénégal au Mali pendant le Cran Montana forum, le 29 juin 2024. Le Sénégal affirme que la CEDEAO est l’organisation sous-régionale qui marche le mieux, au niveau du continent. Des réformes sont donc nécessaires, mais pas la rupture.

’Le coup d’État de l’AES contre la CEDEAO a des conséquences indéniables sur les relations de bon voisinage, le commerce, la circulation des biens et des personnes, la sécurité des différents pays.’’

Cinquante (50) ans d’histoire commune, avec ses hauts et ses bas, en train de s’écrouler. « Notre peuple, le peuple de l’Afrique de l’Ouest, vit au sein d’une communauté intégrée depuis des décennies », rappelle le responsable de la Commission de la CEDEAO.

Le coup d’État de l’AES contre la CEDEAO a des conséquences indéniables sur les relations de bon voisinage, le commerce, la circulation des biens et des personnes, la sécurité des différents pays. Cinquante (50) ans d’histoire commune, avec ses hauts et ses bas, en train de s’écrouler.

Toutefois, la création de l’AES n’est pas survenue ex nihilo. La CEDEAO n’a pas toujours su gérer les dissensions à l’intérieur des États. Le cas du Niger est symptomatique : les menaces d’intervention militaire, les sanctions économiques brutales, l’isolement du pays, l’intervention bruyante de l’ancienne puissance coloniale a fini par donner à la CEDEAO, l’image d’une union remorquée. Les positions se sont braquées. Malheureusement.

L’ancienne puissance coloniale à l’épreuve de la démocratie et du régime parlementaire. Les législatives anticipées ont brouillé toutes les cartes. Elles ont remis en selle la gauche française, désavoué l’extrême-droite, mis en doute l’exécutif. Le premier ministre a annoncé sa démission pour ce lundi 8 juillet 2024, le président de la République a averti que les résultats de l’élection ne disent pas « qui va gouverner », la gauche française qui n’en espérait pas tant, est comme le troisième larron.

Clairement, la France veut du changement dans la gouvernance, dans la société, mais pas avec les idées de l’extrême-droite.

Un mot de sport, l’affaire Samuel Eto’o au Cameroun lève un coin de voile sur la gestion des fédérations sportives en Afrique. L’opacité dans les contrats avec les partenaires, le jeu flou avec les États et l’argent public, les mélanges des genres et les intérêts personnels. La sanction de la Commission de discipline de la CAF contre le numéro 9 est lourde. Cent millions de FCFA d’amende pour avoir contracté avec la société 1XBET pour en être l’ambassadeur, avec la couverture de la FECAFOOT. La charge est massive : « manquement aux principes d’éthique et d’intégrité et de sportivité ». Les avocats du président de la FECAFOOT ont décidé de faire appel de la décision. Si elle est conformée en appel, Samuel Eto’o n’aura pas d’autre choix que de rendre le tablier. Ou de devenir un Africain ordinaire !

Fernand Dédeh

CATEGORIES
TAGS
Share This