[Côte d’Ivoire/Après la démolition de sa maison] Le prix du Super Ebony 2009, Jean-Roche Kouamé retrouvé dans les décombres

[Côte d’Ivoire/Après la démolition de sa maison] Le prix du Super Ebony 2009, Jean-Roche Kouamé retrouvé dans les décombres

Port-Bouët, 09-02-2020 (lepointsur.com) Triste scène ce mardi 09 février 2021 dans la commune de Port-Bouët. La maison du journaliste ivoirien et Super Ebony 2009 (prix récompensant le meilleur journaliste de l’année en Côte d’Ivoire), Jean Roch Kouamé  a été démolie par la Brigade d’Intervention du ministère des Infrastructures Economiques.

Fruit de plusieurs années de dures labeurs dans le domaine de la presse-un métier quasi précaire en Côte d’Ivoire-récompensés en 2009, cet important projet de vie n’est plus qu’un sombre souvenir pour le rédacteur en chef de L’Expression Quotidien.

147722412 4207099879319505 1707870991935387167 n

Totalement abattu et inconsolable, le lauréat de l’édition 2009 du prix Ebony ne sait plus où mettre la tête depuis ce matin. La fouille des décombres de sa maison par certains collègues et amis, venus le soutenir, a permis de récupérer quelques affaires précieuses dont son prix de Super Ebony.

Jeté à la rue avec sa famille, c’est un homme totalement abattu par cette démolition qui nous été donné de voir en image. C’est vraiment une perte énorme pour cet imminent journaliste du quotidien l’expression, qui avait été informé de la destruction de sa maison il y a déjà quelques jours.

Totalement abattu et inconsolable, le lauréat de l’édition 2009 du prix Ebony ne sait plus où mettre la tête depuis ce matin. La fouille des décombres de sa maison par certains collègues et amis, venus le soutenir, a permis de récupérer quelques affaires précieuses dont son prix de Super Ebony.

Située dans la commune de Port-Bouët dans la zone Akissi Delta, la maison de Jean Roch Kouamé lui avait été offerte par les responsables de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (Unjci) comme prix Ebony 2009.

D’après nos informations, elle a été démolie ce matin parce qu’elle fait partie des constructions sous l’emprise de l’autoroute de Grand-Bassam.

« Il me revient que vous occupez une parcelle du domaine public de l’Etat, sise en bordure de l’Autoroute de Grand-Bassam, dans la commune de Port-Bouet. Je vous informe que conformément à la réglementation en vigueur, l’occupation du domaine public de l’Etat est subordonnée à une autorisation formelle délivrée par Monsieur le ministre des Infrastructures Economiques.

Sauf erreur de ma part, vous ne disposez pas d’une telle autorisation. Par ailleurs, le décret n°2014-29 du 22 janvier 2014 portant déclaration d’utilité publique des abords de l’Autoroute Abidjan-Grand-Bassam définit une zone d’utilité publique sur une largeur de 100 mètres entre l’agglomération d’Abidjan et celle de Grand-Bassam ou toute transaction, toutes constructions nouvelles, même précaires, tout travaux de nature à modifier l’état du sol sont interdits.

Par conséquent, je vous demande de libérer immédiatement les lieux dans un délai de huit (08) jours, à compter de la date de réception de la présente. Passé ce délai, la Brigade d’Intervention du ministère des Infrastructures Economiques se donnera les moyens de vous déguerpir de ce site à tout moment sans autre préavis », rapporte la mise en demeure adressée aux résidents de la zone Akissi Delta, dont fait partie notre Super Ebony.

Nous disons Yako à la famille du confrère, tout en lui témoignant notre indéfectible soutien !

 

Georges Kouamé

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )