[Côte d’Ivoire Présidentielle d’octobre] L’Olped et Mfwa font adopter un Guide de communication électorale pour des élections apaisées

[Côte d’Ivoire Présidentielle d’octobre] L’Olped et Mfwa font adopter un Guide de communication électorale pour des élections apaisées

Abidjan, le 03-09-2020 (https://crocinfos.net/) L’Observatoire de la liberté de la presse, l’éthique et la déontologie (Olped) en partenariat avec Media Foundation For West Africa (Mfwa) ont doté, mercredi 2 septembre, plus d’une trentaine de représentants de partis politiques et de la société civile d’un guide de communication électorale, à Abidjan.

Cela s’inscrit dans le cadre des campagnes électorales sans insultes, ni injures, ni discours de haine pour la présidentielle du 31 octobre 2020, au terme d’un forum d’échanges ; basé sur les expériences de monotoring du langage de campagne.

IMG 1707

L’expert-consultant, Lucien Houédanou (à gauche) et le président du Comité de direction de l’Olped, Zio Moussa (à droite). Ph. DR

À moins de deux mois de la présidentielle d’octobre 2020, grâce à Mfwa et l’Olped, avec l’appui financier de Osiwa, l’expert-consultant, Lucien Houédanou et le président du Comité de direction de l’Olped, Zio Moussa, ont entretenu plus d’une trentaine de représentants de partis politiques et de la société civile pour des élections apaisées en Côte d’Ivoire.

Pendant une demi-journée, les représentants des acteurs-clés de la politique et de la société civile ont été instruits par Lucien Houédanou et Zio Moussa sur la maîtrise des éléments d’un langage de campagnes électorales apaisées. Lesquelles campagnes électorales qui s’ouvrent officiellement le 15 octobre pour se terminer le 29 octobre 2020.

Cette instruction a porté sur la définition et l’illustration des catégories ou formes d’expressions appropriées, sur la présentation et l’explication de l’éventail des formes d’expression considérées comme codées, voire inappropriées.

Concernant les dispositions légales et réglementaires ivoiriennes relatives à la presse et à la communication contenues dans la Constitution de 2016, en son article 19, en passant par la loi portant régime juridique de la communication audiovisuelle en son article 3, les représentants des partis politiques et de la société civile ont eu des échanges francs avec des réponses franches basées sur des exemples.

Quant aux catégories d’expressions inappropriées, les exemples donnés par les formateurs ont été presque tous des propos réels relevés dans les médias ivoiriens, principalement en contexte électoral, par l’Olped, ainsi que par l’ANP (Autorité nationale de la presse).

Sur cette question, les formateurs ont tablé sur une douzaine de  points, entre autres des insultes ou injures et irrévérences, des discours de haine, des insultes ethniques, des incitations à la violence.

Un forum qui a apporté un plus à la compréhension des participants, mais diversement interprété. « J’ai apprécié la rencontre. Mais, j’ai déploré le fait que les exemples d’injures ne soient en majorité que contre le pouvoir, alors que mon président (Ndlr : Henri Konan Bédié) est tout le temps victime d’injures, pas un seul exemple », a indiqué Béatrice Assoumou, représentant le Pdci-Rda.

UNE VUE DES TRAVAUX

Une vue des travaux

Pour le représentant du Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (Raci),  Koné Abidama, la formation a atteint ses objectifs. « Le consultant a, avec pédagogie et méthodologie, instruit les participants. Partant des différents types de propos inappropriés aux recommandations, les participants ont très bien assimilé. Nous en voulons pour preuve, les réactions enrichissantes de la quasi-totalité de ces derniers » a renchéri le représentant du parti proche de Guillaume Soro.

Par ailleurs, à la fin des travaux, un Guide de communication a été adopté par l’ensemble des participants, prenant en compte toutes les préoccupations.

« Ce guide a pour objectif de contribuer à la pratique de campagnes électorales apaisées, axées sur les enjeux et fondées sur des faits, qui permettent à l’électorat de faire ses choix politiques en tenant compte des opinions divergentes et des alternatives politiques », a rassuré Lucien Houédanou.

Cependant, à l’ouverture de la rencontre, les DG de l’Agence ivoirienne de presse (AIP), Mme Oumou Barry Sana, de l’ANP, Koné Samba et de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), Me René Bourgoin ont encouragé les participants à mieux ‘’comprendre’’ et ‘’assimiler’’ ce que les formateurs allaient leur apprendre.

L’Olped et Mfwa, appuyés financièrement par Osiwa, rencontreront à Yamoussoukro, ‘’bientôt’’ selon les organisateurs, les responsables de la société civile, des religieux, des hommes politiques et des journalistes pour des campagnes apaisées.

S.K.

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )