[Côte d’Ivoire Rencontre manquée avec Bédié] Le conseiller des chefs centraux fait des révélations

[Côte d’Ivoire Rencontre manquée avec Bédié] Le conseiller des chefs centraux fait des révélations

Abidjan, 08-11-2020 (https://crocinfos.net/) Les chefs centraux du District d’Abidjan ont été empêchés par les forces de l’ordre, ce samedi 7 novembre 2020, de rencontrer le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié, dont la résidence est sous blocus depuis plusieurs jours.

Kouamé N’Goran Honoré, conseiller des chefs centraux du District d’Abidjan qui donne l’information explique qu’ils se rendaient au domicile de l’ancien président ivoirien, dans la commune de Cocody, en vue de s’imprégner de la situation qui prévaut chez M. Bédié.

« Depuis 4 jours, nous avons appris que le président Bédié est assigné en résidence surveillée et qu’il ne pouvait pas sortir. Alors eux en tant que chef, ils ont appris la nouvelle. Qu’est-ce qu’ils doivent faire ? La meilleure manière de pouvoir se prononcer ou de dire quoi que ce soit, c’est de se rendre à la source pour savoir ce qui se passe. Est-ce que c’est vrai, est-ce que c’est faux ? C’est pourquoi ce matin, tous les chefs centraux des 11 communes d’Abidjan se sont déplacés pour aller rencontrer et voir le président Bédié et savoir ce qui se passe, avec à leur tête le chef central Nanan Diby Yao », raconte-t-il.

Mais, « lorsqu’ils sont arrivés, ils ont été surpris que les forces de l’ordre postées à Saint-Jean, leur ont dit qu’ils ne pouvaient pas avoir accès à la résidence du président Bédié. Les chefs ont dit non, nous sommes venus… Cette nation nous sommes tous des enfants du président Henri Konan Bédié et du président Alassane Ouattara. S’il y a un problème qui se passe, nous, en tant que chef, il est important qu’on se déplace pour venir en savoir d’avantage. C’est pourquoi nous sommes là », a poursuivi M. N’Goran.

Face au refus des policiers de les laisser passer et, surtout surpris de l’agissement des forces de l’ordre, les 11 chefs centraux du District d’Abidjan ont alors abandonné l’idée de se rendre chez le premier responsable du PDCI. Alors que leur rencontre avec le président Bédié devait leur permettre de se renseigner sur la situation sociopolitique ivoirienne en général, en vue d’apporter une solution aux problèmes qui seront relevés, pour que la Côte d’Ivoire retrouve la paix.

« Dans une nation quand quelque chose se passe, c’est les chefs traditionnels qui sont garants de la tradition, qui sont garants des us et coutumes, c’est eux qui sont appelés à prôner la paix, à permettre une réconciliation. La preuve, le président Alassane lui-même il a toujours donné une place à cette chefferie. Mais, à leur grand étonnement ils sont arrivés… Quel que soit le problème, ils sont les chefs traditionnels, ils ont été surpris qu’on les a chassés, qu’on les a renvoyés et qu’ils ne pouvaient pas avoir accès au président », s’est indigné Kouamé N’Goran Honoré, tout en précisant que jusque-là, les chefs traditionnels ignorent ce qui se passe à la résidence de Henri Konan Bédié.

Donnant par ailleurs la suite des actions à entreprendre afin que ce rendez-vous manqué puisse finalement avoir lieu, le conseiller des chefs centraux du District d’Abidjan a indiqué qu’ils vont adresser un courrier au ministre de la sécurité, tel que demandé par les policiers trouvés sur place, afin d’obtenir une autorisation de pouvoir rencontrer le président Bédié.

Georges Kouamé

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )