En Côte d’Ivoire, apprenons à sortir de la pénombre de nos petits egos

En Côte d’Ivoire, apprenons à sortir de la pénombre de nos petits egos

Abidjan, 30-11-2020 (https://crocinfos.net/) Un beau jour, toutes les couleurs du monde entier se mirent à se disputer. Chacune prétendait qu’elle était la plus belle, la plus importante, la plus utile, la préférée ! Elles se vantaient, à haute-voix, chacune étant bien convaincue d’être la meilleure. Le bruit de leur querelle se faisait de plus en plus grand. Soudain, un éclair d’une lumière aveuglante apparut dans le ciel, accompagné de roulement de tonnerre. La pluie commença à tomber à torrents sans discontinuer. Effrayées, toutes les couleurs se tapirent et se rapprochèrent pour chercher un abri les unes près des autres.

La pluie prit la parole : ‘’Stupides créatures qui vous battez entre vous, chacune essayant de dominer l’autre, ne savez-vous pas que c’est Dieu qui vous a faites toutes, chacune dans un but particulier, unique et différente ? Il aime chacune d’entre vous, il a besoin de vous toutes.

Joignez vos mains et venez à moi. Il va vous étendre à travers le ciel en un magnifique arc-en-ciel, pour vous montrer qu’il vous aime toutes, que vous pouvez vivre ensemble en paix. Comme une promesse qu’il est avec vous, et comme un signe d’espérance pour demain…’’

Ainsi, chaque fois que Dieu envoie une pluie pour laver le monde, il place l’arc-en-ciel dans son ciel, et quand nous l’apercevons, nous devrions nous rappeler qu’il veut que nous sachions, nous aussi, nous apprécier les uns les autres et le louer de notre merveilleuse complémentarité…

‘’Avoir l’âme du peuple, c’est avoir la force bienveillante qui maintient l’harmonie et le souffle du peuple, en aiguisant sa crème sirupeuse d’espoirs. C’est tout simplement être capable d’amour, amour comme bouclier des rêves du peuple.’’

En Côte d’Ivoire, apprenons à sortir de la pénombre de nos petits egos, sans panique et avec responsabilité pour ne pas se prendre le pied dans un tapis. L’arc de la Nation ne peut plier davantage dans le sens de la justice, de la concorde réconciliatrice et de la démocratie humaniste, sans l’action dynamique et réfléchie de tous les citoyens. Soyons féconds en intelligence pour le bonheur de nos concitoyens qui passe, aujourd’hui, par la culture de la vérité démocratique et de la conscience nationale, à travers la thérapie du dialogue, voire un essai clinique de l’épreuve de la complémentarité citoyenne!

Nos orageux animateurs politiques doivent sortir de l’empire de l’illusion et se couvrir de lumière morale, avoir une clairvoyance limée, savoir avoir l’âme du peuple qui, comme une étoile, illuminera chacune des circonstances de la vie sociale! Avoir l’âme du peuple, c’est avoir la force bienveillante qui maintient l’harmonie et le souffle du peuple, en aiguisant sa crème sirupeuse d’espoirs. C’est tout simplement être capable d’amour, amour comme bouclier des rêves du peuple.

‘’Se retrousser les manches pour la postériorité et pour que plus jamais, personne ne cède à l’appel du large et ne se jette dans les flots pour atteindre une rive illusoire. Se battre pour que les larmes cessent et que les roses repoussent. Agir pour qu’un jour, enfin, tous, nous touchions les étoiles…’’

C’est Hegel (Phénoménologie de l’Esprit,  trad. Hyppolite, I 28/14) qui disait que ‘’ce qui est bien-connu en général, justement parce qu’il est bien-connu, n’est pas connu’’. Sachons raison garder pour ne pas avoir à prononcer cette phrase au coucher de l’existence : ‘’on nous a eu. Ils nous ont vendu un magouillât à la place d’un crocodile’’.  Entre l’âme close qui fait le grand et l’âme qui s’ouvre parce qu’il fait le pas, il y a l’âme qui sauve. Je nous invite, à avoir l’âme qui s’ouvre en sachant faire le pas vers la courtoisie rationnelle et le discernement idéel pour un co-exister fructueux et responsable. On ne baissera jamais la fièvre en cassant le thermomètre!

Se retrousser les manches pour la postériorité et pour que plus jamais, personne ne cède à l’appel du large et ne se jette dans les flots pour atteindre une rive illusoire. Se battre pour que les larmes cessent et que les roses repoussent. Agir pour qu’un jour, enfin, tous, nous touchions les étoiles…

Plus que jamais il est essentiel de faire face, ensemble, aux vicissitudes d’un monde décidément déroutant.

Le clin d’œil hebdomadaire de Pascal ROY

CATEGORIES
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )