[Kidnapping du directeur de publication de L’Évènement BF] La presse en danger au Burkina Faso

[Kidnapping du directeur de publication de L’Évènement BF] La presse en danger au Burkina Faso

Le directeur de publication de L’Évènement BF, Serge Atiana Oulon, a été enlevé à son domicile à Ouagadougou. La presse est en danger au Burkina Faso alors que la junte militaire s’attaque aux médias.

Abidjan, Côte d’Ivoire, 24 juin 2024 (crocinos.net)—Le journal L’Évènement BF a publié un communiqué suite à l’enlèvement de son directeur de publication, Serge Atiana Oulon, survenu ce lundi 24 juin 2024 à son domicile à Ouagadougou. Le journal exhorte les autorités de la transition à respecter les lois en vigueur au Burkina Faso et les tient pour responsables de toute atteinte à l’intégrité morale ou physique de son directeur.

À lire sur le même sujet👉:https://crocinfos.net/alerte-le-journaliste-serge-atiana-oulon-kidnappe-a-ouagadougou/

À l’heure de la publication du communiqué sur Facebook, à 20h GMT, ni sa famille ni ses collaborateurs n’ont eu de nouvelles de lui. Cet enlèvement intervient alors que L’Évènement BF est suspendu pour un mois à compter du 20 juin 2024 par le Conseil supérieur de la communication. Le journal considère cette sanction comme injuste et abusive, et a décidé de la contester devant le tribunal administratif. En outre, son ordinateur et ses téléphones portables ont été saisis.

Serge Atiana Oulon

Le Conseil supérieur de la communication reproche au bimensuel des “manquements” dans un article intitulé : “400 000 000 FCFA des VDP détournés, le Capitaine Prospère Boena s’en est allé avec son témoignage.” Par ailleurs, un procès en diffamation et pour injures publiques, intenté par le journal contre Adama Siguiré, se tient aujourd’hui au Tribunal de Grande Instance Ouaga I, un procès auquel Serge Atiana Oulon devait assister.

Des individus, arrivés en véhicule banalisé, ont enlevé Serge Atiana Oulon à son domicile et l’ont emmené vers une destination inconnue. La junte militaire au pouvoir, en quête de publicité, néglige la lutte contre le terrorisme et s’en prend aux médias. La presse de la vérité est en danger au pays des hommes intègres.

Athanase Kangah

[Encadre] Adama Siguiré plaide non coupable

L’écrivain Adama Siguiré a plaidé non coupable ce lundi 24 juin 2024, lors de son procès en diffamation et pour injures publiques intenté par le bimensuel L’Événement. Le Tribunal de Grande Instance Ouaga I n’a entendu pas Serge Atiana Oulon, représentant du journal, enlevé tôt le matin.

M. Siguiré est accusé d’avoir, en septembre 2023, porté atteinte à l’honneur de L’Événement par des déclarations sur Facebook. Il y a affirmé que le journal faisait de la propagande mensongère pour saboter la transition politique, et qu’il aurait reçu 200 millions FCFA à cette fin. Il a également utilisé des termes outrageants, accusant le journal de promouvoir la haine et le mensonge.

Lors de l’audience, Adama Siguiré a reconnu ses écrits, mais a nié toute diffamation ou injure publique. Il a défendu ses déclarations comme une forme de “communication de guerre”, arguant que L’Événement menait une campagne stratégique contre la nation et qu’il répliquait dans le même esprit.

Le tribunal a renvoyé l’affaire au 29 juillet 2024. À noter, Siguiré avait déjà été condamné à 12 mois de prison avec sursis pour diffamation en faveur de la Confédération générale du Travail du Burkina (CGT-B).

Athanase K.

CATEGORIES
TAGS
Share This