Le Covid-19 s’est définitivement installé dans le pays (Par Fernand Dédeh)

Le Covid-19 s’est définitivement installé dans le pays (Par Fernand Dédeh)

À Barthelemy Zouzoua Inabo: Les chiffres ne doivent pas nous effrayer. Au contraire, ils doivent nous montrer la nature réelle du danger et nous préparer en conséquence.

Le Covid-19 s’est définitivement installé dans le pays.

Le notable de la BIA est devenu le nouveau DJ. « Le colonel Yao-Yao Jules » des années 2020. Chaque soir, à 20h, il apparaît à la télé nationale pour réciter la leçon : « 165 cas confirmés, quatre guéris, un décès ». Annonce du dimanche 29 mars 2020.

Ce qui doit nous préoccuper, c’est le défi du futur : notre attitude face au virus mortel, l’équipement des hôpitaux, la disponibilité des tests, du matériel de protection, les conditions de travail des praticiens, les moyens mis à leur disposition, la sensibilisation sur les moyens de défense, le nécessaire changement de comportement et le respect des règles édictées par ton camarade.

Le corps médical est aujourd’hui à l’épreuve. Les médecins demandent au gouvernement le recrutement de 150 généralistes supplémentaires, la Côte d’Ivoire à en gros, 80 appareils cardio-respiratoires.
La Chine a offert du matériel dont 500.000 masques de protection. L’OMS a mis à la disposition de l’institut Pasteur, 2000 tests. Notre pays n’a pas les moyens de faire face à la crise dans la durée. Les structures sanitaires ne sont pas équipées en conséquence. Au point que les médecins menacent de débrayer.

Vraiment, il faut joindre ta voix à la mienne, pour demander pardon à nos frères. Nous voulons bien les comprendre. Mais le péril est grand. La vie de la nation est en jeu. « On peut toujours réparer ou rattraper les problèmes matériels. Mais pas là vie d’un homme ». Frères, pardon !!

Voilà, ce qui doit occuper nos esprits. Pas ce que je vois, de la communication des gens du rassemblement de ton camarade. Ils ne savent pas comment entrer dans la sensibilisation contre le virus sans exister. Donc, ils mêlent campagne électorale, culte de la personne, exposition du candidat du groupement de ton camarade.

‘’Ce qui doit nous préoccuper, c’est le défi du futur : notre attitude face au virus mortel, l’équipement des hôpitaux, la disponibilité des tests, du matériel de protection, les conditions de travail des praticiens, les moyens mis à leur disposition, la sensibilisation sur les moyens de défense, le nécessaire changement de comportement et le respect des règles édictées par ton camarade’’.

En fait, les gars déroulent leur programme tel qu’ils l’avaient prévu au sortir de leur convention du 12 mars à l’hôtel Ivoire… Ils y ajoutent, juste, des seaux d’eau et des produits d’hygiène. En fait, c’est très maladroit ! Franchement !

Gontougo, lui, il s’est dédié carrément une chanson ! Il manque une vraie coordination de la lutte au niveau gouvernemental. En tout cas, c’est l’impression que l’opinion a des agissements et des apparitions publiques des uns et des autres.

Je ne trahis pas un secret si je révèle que les sportifs internationaux mènent discrètement la lutte. Ils sont au front. Mais pour eux, c’est juste un retour des choses. La Côte d’Ivoire leur beaucoup donné. Les Ivoiriens souffrent. Pour eux, l’action humanitaire n’a pas besoin de publicité, surtout agressive…

Je ne parle pas que de l’icône, qui m’en voudrait terriblement si je rends publics, ses gestes techniques, mais de la plupart d’entre eux. Leurs fondations sont sur le terrain. Auprès des populations. C’est cela l’altruisme.

Arrêtons un jour, la politique. Ton camarade a appelé « à l’union sacrée des Ivoiriens ». Donnons un sens concret à cet appel solennel. Sortons des parkings partisans. Pour une fois !

 

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus (0 )