Morts suspectes dans la belle famille de Makosso en Côte d’Ivoire

Morts suspectes dans la belle famille de Makosso en Côte d’Ivoire

Après la disparition diversement interprétée de Tatiana Makosso, le samedi 28 mars 2020, la belle famille du du Révérend Général Camille, enregistre deux nouveaux décès des personnes, qui l'ont accusé publiquement d'avoir donné intentionnellement la mort à son épouse.

Abidjan, 22-01-2021 (https://crocinfos.net/) Après la disparition diversement interprétée de Tatiana Makosso, le samedi 28 mars 2020, la belle famille du Révérend Général Camille, enregistre deux nouveaux décès des personnes, qui l’ont accusé publiquement d’avoir donné intentionnellement la mort à son épouse.

Morts naturelles ou disparitions mystiques ? La question mérite d’être posée. Tant, tous ceux qui ont accusé le général Makosso dans la presse et les médias d’avoir donné la mort à son épouse, décèdent quelques semaines après. Après la mort de la mère de Tatiana Makosso, le 21 décembre 2020, qui avait accusé son beau, Makosso d’avoir tué sa fille, c’est au tour de Dr Firmin Zady Gnaoré, de rendre l’âme ce vendredi 22 janvier 2021, après avoir prononcé une conférence de presse mercredi 6 janvier dernier, accusant, lui aussi son beau-frère d’être à la base de la mort de sa nièce.

Âgé de 63 ans, il est le chef de la famille Dogoh de Anayo à Abidjan. Il est le neveu de la mère de la défunte épouse de Camille Makosso et cousin de celle-ci.

Le général Camille Makosso s’est toujours défendu face à ces accusations et, a même demandé qu’une enquête soit ouverte sur cette affaire. Au cours de sa conférence de la presse par Dr Firmin Zady, celui-ci avait révélé à la presse qu’il avait constaté sur le corps de sa nièce à la morgue de Treichville du sang dans les oreilles, dans les yeux et des lésions sur le cou de Tatiana.

Le Révérend Général Camille Makosso Camille très actif et virulent sur les réseaux sociaux avait demandé pardon, tant à sa belle-famille, qu’à l’ensemble des internautes pour des mots déplacés, lors de l’enterrement de son épouse : « En partant enterrer mon épouse, j’ai encore compris combien de fois l’homme n’est rien. Que la vie est courte. Pardon aux familles (maternelle et paternelle) de mon épouse. En me défendant dans ce conflit qui nous opposait, j’ai tenu des propos méchants en leur encontre. Pardon également à tous ces activistes sur la toile qui ne m’apprécient pas. Aidez-moi tous à changer. Priez tous pour moi.», avait-t-il conclu dans sa lettre-confession.

Cette autre disparition proche dans la belle-famille de Camille Makosso, est un autre mort de trop.

Kpan Charles

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )