[Premières élections sénatoriales en Côte d’Ivoire] Sur 11 femmes, 8 élues (actualisé avec le lien des résultats provisoires)

[Premières élections sénatoriales en Côte d’Ivoire] Sur 11 femmes, 8 élues (actualisé avec le lien des résultats provisoires)

-Ces vraies vedettes qui se réveillent

Sur 108 candidats dont 11 femmes retenues par la Commission Électorale Indépendante (CEI), les femmes ont démontré qu’elles comptent désormais au sein de la classe politique ivoirienne. Un réveil qui en dit long sur la détermination de la gent féminine à prendre part au débat politique. Un signal fort.

Capture 15

Page1

Les résultats provisoires des premières élections sénatoriales en Côte d’Ivoire du samedi 24 mars 2018, proclament 8 femmes élues sur 11 retenues.

La Palme d’or revient à la région du Folon (dans le nord de la Côte d’Ivoire). La liste unique RHDP conduite  par Mme Chantal Fanny est passée avec un taux de participation de 94,21% sur 121 inscrits et 114 votants. Bulletin blanc : 1. Suffrages exprimés : 113 voix soit 100%.

Par ailleurs, on peut citer entre autres, Mme Sarra Fdika dans le Baffing, Adjoua N’Go Louise dans le Bélier, Coulibaly Mman épse Ouattara dans le District d’Abidjan, Beugré Orhon Amélie dans le Gboklê, Fatou Sangaré dans le Gôh, Assa Emilinne épse Boby dans le N’Zi.

Capture1 3

Page2

La coalition au pouvoir Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) a logiquement remporté, en l’absence de l’opposition qui boycottait le scrutin, une écrasante victoire aux premières élections sénatoriales de Côte d’Ivoire, remportant 50 des 66 sièges en jeu.

Le président de la République, Alassane Ouattara procédera lui-même à la nomination du dernier tiers des sénateurs, soit 33 autres pour avoir l’effectif total de 99 membres de ce tout premier sénat ivoirien.

Capture2

Page 3

Le Sénat a été créé par la Constitution de 2016, de la 3eme République  approuvée par référendum. Il va constituer la deuxième chambre du parlement ivoirien, à côté de l’Assemblée nationale. Les conseillers municipaux et régionaux des actuelles mairies et régions ainsi que les députés ont constitué le collège électoral du scrutin au suffrage universel indirect qui s’est tenu dans chacune des 31 régions et 197 communes du pays.

Pratiquant  la politique de la chaise vide, l’opposition paie le prix de sa démarche. Ne disposant que d’un seul député à l’Assemblée nationale en 2016 (Pascal Affi N’Guessan), sur 225 élus députés pour 6 groupes parlementaires, l’opposition ne disposait que de deux moyens pour entraver l’adoption de la nouvelle constitution ivoirienne qui l’avait inscrit dans ses textes fondateurs.

Capture3

Page 4

Les marches comme premiers moyens, ont été maintes fois, réprimées et l’appel au boycott n’a pas donné le résultat escompté. La nouvelle constitution de la 3e République a été approuvée par référendum.

Aujourd’hui, l’opposition accuse le président Alassane Ouattara d’avoir succombé au « clientélisme » en créant ce Sénat qui, selon elle, sera « budgétivore ».

Elle demande surtout une réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) qu’elle accuse d’être en faveur du pouvoir, avant toute élection sénatoriale ou municipale, mais surtout avant la présidentielle de 2020.

Bamba Sindou, coordonnateur de la Poeci, la Plateforme des Organisations de la Société civile pour l’Observation des Elections en Côte d’Ivoire soutient ce qui suit : « On pourrait dire que le gouvernement veut un Sénat monocolore. »

Capture3

Page 4

Quant au président de CIVIS Côte d’Ivoire, une association d’éducation à la citoyenneté et à l’éco-citoyenneté, il porte son regard sur ce que cette institution peut apporter à la Côte d’Ivoire. « Le rôle d’un sénateur est de consolider la démocratie et l’état de droit. Ses attributions sont de voter la loi, consentir l’impôt, contrôler l’action du Gouvernement et évaluer les politiques publiques», indique-t-il.

Capture4

Page 5 et fin

L’histoire retiendra que les grands électeurs étaient au nombre de 7011 députés et élus locaux à l’élection du premier Sénat. 108 candidats dont 11 femmes retenus par la Commission Electorale Indépendante (CEI). 38 bureaux de vote répartis dans 35 lieux de vote.

Pour ces premières élections sénatoriales, les femmes ivoiriennes viennent de donner un signal fort à la classe politique ivoirienne en démontrant largement  qu’il faudra désormais compter avec elles.

Le Montagnard

 

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )