[Côte d’Ivoire] Alfred Guemene démissionne du FPI et se fait lyncher par Jean Bonin Kouadio

[Côte d’Ivoire] Alfred Guemene démissionne du FPI et se fait lyncher par Jean Bonin Kouadio

Abidjan, 05-05-2022 (lepointsur.com) Alfred GUEMENE n’est plus du Front populaire ivoirien. Le vice-président chargé des relations avec les partis politiques et les organisations syndicales a rendu sa démission dans la journée du mercredi 04 mai 2022, dans un communiqué rendu public sur les réseaux sociaux.

« Monsieur le Président, Je tiens à vous remercier de la confiance que vous m’avez faite en me nommant à plusieurs fonctions dans la Direction du parti auquel j’ai consacré plus de trente années de ma vie. Et qui, du fait de votre malheureux entêtement et de votre attitude totalement irrévérencieuse vis à vis du Président Gbagbo, est en totale déliquescence aujourd’hui. L’éloignant dramatiquement de sa mission de parti d’opposition. J’ai été particulièrement heureux de nourrir avec vous l’ambition de la renaissance du FPI et de la Côte d’ivoire.  Pour autant, comme je n’ai cessé de vous le rappeler, on ne peut aller à l’idéal en minimisant le réel…  En conséquence, je suis dans la navrante obligation de vous présenter ma démission du FPI, à compter de ce jour, mercredi 4 mai 2022 », a écrit Alfred Guemene.

Cette énième démission au sein du parti d’Affi N’Guessan a été l’occasion pour certaine personnalité de régler leur compte avec le désormais ex-vice-président chargé des relations avec les partis politiques et les organisations syndicales du Fpi. Telle que Jean Bonin Kouadio, ex-vice-président du Fpi qui n’est pas allé du dos de la cuillère pour se prononcer sur la décision de son ancien compagnon de lutte et les démissions en cascade au Front populaire ivoirien.

« Comme dans tout parti, des cadres du FPI ont eu à démissionner. Hélas, c’est bien souvent dans la presse que le parti le découvre. Cette attitude est irresponsable, immature et puérile. On peut quitter un parti et rester dans de bons termes avec ceux qui l’animent. C’est la posture que j’ai adoptée. Le pire, c’est lorsque pour couvrir leur incompétence politique ou leur incapacité à se soumettre à la discipline inhérente à toute formation politique, ils s’abritent derrière des explications fantaisistes pour justifier leur indigence morale. Le dernier en date, Alfred Gueméné, un iconoclaste sexagénaire, ancien syndicaliste qui a successivement été un indécrottable pro Gbagbo, puis un pro Simone avant de quitter le FPI pour le RHDP d’où il a été très rapidement éconduit. Il sera récupéré par Affi qui le nommera 30e vice-président du parti. Loin de s’assagir, il va s’illustrer par des attaques répétées et sous la ceinture contre le PPA-CI et Gbagbo dont, ironie du sort, il prend prétexte aujourd’hui pour tenter vainement de donner un verni d’honorabilité à sa démission publiée sur Facebook. La charité qui se moque de l’hôpital. Il reproche à Affi d’avoir parlé de Gbagbo lors de la fête de la liberté ; ce qui lui est soudainement devenu insupportable. Si le ridicule tuait… », a-t-il déclaré.

Georges Kouamé

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )