CEI : appréciation avec notre sincérité et notre bon sens (Simple avis)

CEI : appréciation avec notre sincérité et notre bon sens (Simple avis)

« Après de multiples consultations et le dialogue entre le pouvoir, les partis de l’opposition et la société civile, Alassane Ouattara, président de la République, a signé un décret portant nomination des 15 membres de la Commission centrale de la Commission électorale indépendante (CEI). Ce sont : Koné Sourou (au titre du président de la République), Ibrahim Bayo ( au titre de l’Administration territoriale), Coulibaly Kuibert (au titre du Conseil supérieur de la magistrature), Kouamé Adjoumani Pierre, Sanogo Salimata Porquet, Yako Bi Goué Marguerite, Julien Gaude Fernand (Société civile), Yapobi Yolande (Ordre des avocats), Bamba Sindou (Conseil national des droits de l’homme), Traoré Effo, Ebrotié Émile, Adja Serges (Rhdp), Henriette Lagou, Dogou Alain, Yapi Yapo (opposition). »

Comme il est de notoriété, ne représentent le parti au pouvoir que les Ivoiriens qui sont membres du Rhdp. Koné Sourou, Ibrahim Bayo et Coulibaly Kuibert sont donc Rhdp. Il y a, alors, déjà 6 membres du Rhdp contre 3 de l’opposition au sein de la CEI. Et comme les représentants de la Société sont des Ivoiriens, ils ont chacun un parti politique même s’ils ne sont pas très colorés politiquement. Par conséquent, il se peut qu’un ou deux d’entre eux soient Rhdp. Le déséquilibre s’accentue.

Enfin, l’opposition. Quelle opposition ? Le parti Gp-paix d’Henriette Lagou compte-t-il combien de membres ? Combien de voies a-t-elle obtenues lors du scrutin de 2015 ? Pas plus de 15000. Combien de députés son parti a-t-il à l’Assemblée nationale ? Aucun. Combien de mairies admistre-t-il ? Aucune. Et c’est ce parti-là dont la représente siège dans une commission aussi importante qui organise l’élection la plus importante du pays ! Quant au sieur Dogou Alain, je crois qu’il représente le Fpi de Pascal Affi, qui est reconnu en Côte d’Ivoire. Le 3ème membre de l’opposition est anonyme pour moi. Je n’avais jamais entendu parler de lui, je ne sais quel parti l’a mandaté auprès de la CEI. Alors, je ne porte aucun jugement sur lui.

‘’ La Commission n’est pas indépendante. Pour quoi le composer de membres qui viennent défendre des chapelles politiques?’’

En fait, mon problème est ailleurs. La Commission est déséquilibrée et n’est pas indépendante. Si tant est qu’il y a moins de représentants du Rhdp, pourquoi les membres n’ont-ils pas, pour équilibrer quelque peu les choses, élu un membre de la société civile à la tête de la CEI ? Quand on sait que le président du Conseil constitutionnel est politiquement coloré orange. Le prétexte, l’alibi qu’on sert aux Ivoiriens et à la communauté internationale est le boycottage des dernières rencontres décisives par le Pdci et l’Eds. Les absents ont tort. Supposons que ces deux groupements aient pris part à l’élection du président de la CEI. Le résultat aurait-il pu être autre quand on sait qu’il y a déjà 6 représentants du Rhdp contre 3 de l’opposition et que les 6 autres restants ont des positions que l’on ignore ?

‘’Si le président de la CEI avait été FPI, on n’aurait pas déchiré le résultat du vote, elle aurait déclaré vainqueur le candidat du FPI et le Conseil constitutionnel n’aurait pas eu de mal à l’entériner.’’

La Commission n’est pas indépendante. Pour quoi le composer de membres qui viennent défendre des chapelles politiques? Pour quoi admettre un représentant du président de la République en exercice au sein de la CEI quand on sait que, pendant le déroulement du scrutin, le président de la République, s’il est candidat, est traité au même titre que les autres candidats ? Pourquoi le candidat président sortant doit-il avoir un représentant qui, le cas échéant, peut prendre part à un vote pour déterminer son sort ou celui d’un autre candidat?

Le Rhdp accepterait-il cette commission s’il n’était pas au pouvoir ? La Commission doit être dénommée Commission nationale électorale (CNE). Le terme “indépendant” est abusif.

Disons-le tout net : si le président de la CEI avait été FPI, on n’aurait pas déchiré le résultat du vote, elle aurait déclaré vainqueur le candidat du FPI et le Conseil constitutionnel n’aurait pas eu de mal à l’entériner. C’est vrai aujourd’hui : si la CEI de Coulibaly Ibrahime Kuibert proclame le candidat du Rhdp vainqueur, Koné Mamadou fermera les yeux pour entériner le résultat au Conseil constitutionnel. Secret de polichinelle. Pas de place pour les autruches.

Par Pascal Kouassi

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )