Côte d’Ivoire : Jean-Blé Guirao raconte la crise ivoirienne dans « Ma vie du Golf »

Côte d’Ivoire : Jean-Blé Guirao raconte la crise ivoirienne dans « Ma vie du Golf »

« Ma vie du Golf », un livre témoignage du vice-président de l’Union pour la Démocratie et la Paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), Jean-Blé Guirao, sur la crise ivoirienne. Une page d’histoire retraçant les faits de la crise post électorale tels que vécus à l’hôtel du Golf d’Abidjan, du 15 décembre 2010 au 1er juin 2011, à paraître bientôt… Extraits.

[Depuis la publication des résultats du second tour du scrutin de la Présidentielle du 28 novembre 2010 donnant vainqueur le Candidat du RHDP, le Président ALASSANE OUATTARA, les réunions au sein des instances du Directoire de notre alliance n’ont cessé de se multiplier surtout au niveau de la Commission Mobilisation-Organisation présidée par le Professeur MAURICE KACCOU GUIKAHUE et dont j’étais membre en tant Secrétaire Général Adjoint en charge de l’Organisation et de la Mobilisation de l’UDPCI. Cette importante commission du RHDP comptait en son sein aussi GILBERT KAFANA du RDR et CISSE MAMADOU du MFA. Les réunions se sont accélérées à partir du lundi 13 décembre 2010 car LAURENT GBAGBO et la LMP venaient de marquer leur refus de reconnaitre leur défaite avec son investiture au Palais Présidentiel au Plateau devant un parterre coloré où bizarrement l’on reconnaissait de grosses têtes de personnalités du RHDP sensés avoir fait campagne avec nous. Ceux là venaient de retourner habillement leurs vestes en empruntant les chemins de la trahison. Entre temps Monsieur BROU AKA PASCAL, journaliste émérite qui avait conduit le débat historique entre les ceux candidats au second tour, est nommé Directeur Général de la RTI. Son installation et sa prise de fonction auront lieu le jeudi 16 décembre 2010. Le Directoire du RHDP décide d’en faire un gigantesque élément de mobilisation surtout que c’était le premier acte fort que posait le tout nouveau président fraichement élu mais contesté. Les militants viendront de partout pour accompagner le nouveau DG à partir de trois lieux de départ : le siège du RDR, le siège du PDCI RDA et l’hôtel du Golf. Après la dernière réunion du Mercredi 15 décembre 2010 de notre commission Organisation et Mobilisation à laquelle s’était jointe la commission Sécurité du Général OUASSENAN KONE, tout épuisé et complètement ko je rentre chez moi, prêt pour la marche du lendemain. C’est vers 20h 30 ce mercredi 15 décembre 2010, alors que je dînais à table avec ma famille que mon portable sonna. Au bout du fil, mon Président, le Docteur ALBERT TOIKEUSSE MABRI Président de l’UDPCI. « Bonsoir BLE me dit il, …Bonsoir Président répondis je …où es tu ? Président je suis chez moi…Mais comment peux tu être chez toi à cette heure alors que c’est vous qui organisez la marche de demain sur la RTI pour l’installation du DG ? me précisa-t-il. Président, comme nous n’avons pas de chambre à l’hôtel du Golf pour dormir, je comptais venir très tôt pour rejoindre mes camarades, ajoutai je. BLE, cela sera impossible car vous risquez de ne pas avoir accès à l’hôtel du Golf. Je pense qu’il te faut rentrer cette nuit ici pour mieux appréhender la suite termina t’il avant de raccrocher lorsque je lui dis, bien pris Président ». Après cet échange avec le Président MABRI, je n’ai pas eu le temps de finir la sauce feuille et le riz qui étaient au menu cette nuit là, j’ai appelé mon chauffeur, mes garde de corps, mon protocole et le Président National de la JUDPCI YAO KOUADIO SERAPHIN qui était aussi chez lui. Le temps que mes collaborateurs arrivent et que YAO soit prêt, un au revoir à la famille et nous avions pris la route de l’hôtel du golf entassé dans un seul véhicule en passant par la Riviera 3 vers 22h. Sans le savoir peut être, le Président MABRI venait de sauver, cette nuit là, par son coup de fil, la vie d’au moins six personnes. Dieu venait de faire son œuvre. C’est au niveau de la résidence de MEL THEODORE que nous rencontrions des gens entrain de poser les premiers barrages. Dieu merci, notre véhicule a pu passer. Arriver à l’hôtel du Golf, du monde partout. Dans le hall, dans le gazon, les militants du RHDP étaient fiers de se retrouver en ces lieux pour cette marche qui s’annonce historique pour consolider notre victoire acquise dans les urnes. Nous étions tous avec une seule tenue, celle qu’on portait, étant convaincu qu’on rentrerait, chacun chez soi après la marche. La nuit fut longue mais belle. On a appris la chanson qui devait rythmer notre marche. « On va installer Pascal…. » J’ai retrouvé cette nuit là tous les Présidents Nationaux des jeunesses de nos quatre partis politiques avec leurs états major respectifs. Outre YAO KOUADIO SERAPHIN de la JUDPCI, il y avait KARAMOKO YAYORO du RJR, KONAN KOUADIO BERTIN de la JPDCI RDA et DIOMANDE MAMADOU NOEL de la JMFA. Il y avait aussi les anciens Présidents Nationaux de jeunesses, les leaders de jeunesses comme TOURE MAMADOU, SORO ALPHONSE et YOUAN ROGER sans oublier les Présidentes Nationales des femmes et beaucoup de cadres du RHDP. Les présidents du PIT FRANCIS WODIE et de l’UPCI GNAMIEN KONAN dont les partis nous avaient rejoint au second tour étaient présents de même que de nombreux officiers tous corps confondus…]

JEUDI 16 DECEMBRE 2010….

[marche avortée et début du blocus. Le soleil se leva ce jeudi 16 décembre 2010 sur le golf hôtel avec beaucoup d’espoirs pour tous ces milliers de militants qui n’avaient pas fermé l’œil de la nuit. Des chansons et des cris partout…. « On va installer Pascal… » Reprit en chœur par tout le monde. Nous avons marché de l’entrée principale de l’hôtel du Golf à l’entrée secondaire quand les premiers tirs de fusils ont commencé à retentir. Cette marche tant préparée n’a pas duré plus de cinq minutes. Même le DG qui devait être installé n’a pas été aperçu quand les coups de canons et de fusils ont commencé à tonner. C’était le début du blocus du GOLF où nous sommes restés, dans des conditions difficiles jusqu’à la chute de LAURENT GBAGBO le 11 avril 2011 et pour en sortir le 1er juin 2011 pour ce qui nous concerne avec un bilan lourd. Une résidence incendiée le 16 mars 2011 et des parents tués dont mon oncle, mon frère cadet et son épouse le 08 avril 2011. Le blocus a été difficile en logement ou nourriture et stressant au niveau de l’évolution de la situation. Pour palier au problème de logement, les temps de sommeil se faisaient par rotation. Nous étions 15 à occuper une chambre au rez de chaussée. C’était déjà de la chance. Les autres n’avaient pas de chambre et dormaient dans les recoins et angles des couloirs. Des amis dont KONATE KHALIL, YAO KOUADIO SERAPHIN, COULIBALY BARRAKISSA, NOEL DOUREY, YOUAN ROGER, ZENAB ADJARA GOUENE, KEITA DJENE pour ne citer que cela et moi-même avions mis sur pieds le Cercle NTIC du Golf. Chaque nuit, de 20h au petit matin nous étions sur les réseaux sociaux et skype pour répondre et informer sur la crise qui secouait notre pays. On organisait des débats avec des thématiques bien précis suivis à travers le monde entier par skype et les gens posaient les questions auxquelles nous répondions ou bien on laissait notre invité du jour y répondre.des invités de marque, des ministres du Gouvernement, sont passés à cette tribune qu’on avait créer pour résoudre le problème de places ou de sommeil mais aussi pour apporter du répondant à ceux d’en face qui étaient particulièrement excités et présents sur les réseaux sociaux. Les Ministres ALBERT MABRI, DAGOBERT BANZIO, ALLA KOUADIO REMI, GNAMIEN KONAN, les personnalités comme MAURICE KACOU GUIKAHUE, AMADOU SOUMAHORO et DIENG OUSSEYNOU nous ont fait l’honneur d’animer et de participer à nos débats et ont répondu aux nombreuses questions venant de divers continents posées par nos compatriotes qui se connectaient. On formait une famille et plus les jours passaient on refusait de céder à la panique et au découragement. Beaucoup de ceux qui parlent à ce jour, même de hauts cadres ou personnalités n’ont toujours pas cru en notre victoire finale, tétanisés qu’ils étaient par l’ampleur et la tournure des événements. Le secret des tickets de restau 544 et 545 Nous étions au moins de janvier 2011 et ce jour nous étions assis sur le parvis de la grande salle de réunion donnant à la lagune. C’était vers les 16h. Le Président Ouattara comme à l’accoutumée faisait les cent pas en compagnie de nombreuses personnalités dont le Premier Ministre GUILLAUME SORO, les Ministres AMADOU GON, AMON TANOH, HAMED BAKAYOKO, OUATTARA IBRAHIM dit PHOTOCOPIE, CISSE BACONGO et ADAMA BICTOGO. Le Président OUATTARA nous a agréablement surpris en s’arrêtant à notre niveau. Il a demandé si on se portait bien, si on avait le moral, si on arrivait à manger et comment on dormait. C’est moi qui est répondu pour dire « Excellence Monsieur le Président, connaissant la capacité de l’hôtel et notre nombre nous n’étions pas là pour dormir. Qu’on avait le moral haut car étant sûrs de la victoire finale avec sa prise de pouvoir effective. Notre seul soucis demeure la nourriture car le restau était cher avec le plat à 13 000f pour le déjeuner ou le diner ». Le Président de la République nous a encouragé et nous a demandé de tenir bon et ils ont continué. Le lendemain grande fut notre surprise lorsque le Ministre ADAMA BICTOGO accompagné du Grand frère IBRAHIM Photocopie, le frère cadet du Président OUATTARA demandent à me voir au restau. Je suis allé accompagner de deux camarades dont YAO KOUADIO SERAPHIN et MONPAHO. Les deux, au nom du Président OUATTARA nous ont remis deux cartes avec les numéros 544 et 545 et une somme de 200 000f. Les deux cartes devant nous servir à manger au restau depuis le déjeuner jusqu’au diner. Et comme nous étions nombreux, avec l’aide et la complicité des hommes et des femmes qui géraient le restau, mes gardes et mon protocole se servaient au buffet et faisaient sortir les plats en quantité pour nourrir au moins une douzaine de personnes sous les cocotiers. Avec la création du Cercle NTIC du golf on avait réglé les problèmes de couchettes. Les deux tickets 544 et 545 réglaient les problèmes de nourriture. On a tenu ainsi jusqu’au 11 avril 2011 car après nous sommes rentrés dans une autre phase d’importation de nourriture du dehors lorsque la situation se normalisait petit à petit…]

L’attaque contre l’hôtel du Golf

[L’attaque contre l’hôtel du Golf Un soir, cela devait être aux alentours de 16h alors qu’on s’y attendait le moins, des coups de feu ont commencé à retentir. Des gens sur l’eau de la lagune, à bords de pétrolettes, tiraient de manière continue vers le golf. L’alerte fut donnée tout le monde à commencé à courir dans les tous les sens pour se refugier au sous sol sur instructions du contingent de l’ONUCI qui veillait à la sécurité de l’hôtel. En moins de quelques minutes, la salle du sous sol s’est avérée exigüe. A part le Premier Ministre GUILLAUME SORO, les Présidents BEDIE et OUATTARA avec leurs épouses tout le monde y était. De présidents de Partis aux militants, de Ministres aux simples citoyens. Devant la mort, Dieu nous rappelle que nous tous égaux. Et ces instants, et devant la mort qui était à portée, on était tous lié, solidaires, des frères et des sœurs, prêts à avoir la même fosse commune…. Ce n’était pas le plan de Dieu tout puissant. Mais que de frayeur ?…]

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus (0 )