Découverte et réception du nouveau temple du Sport ivoirien à Ebimpé et meeting politique (Par Fernand Dedêh)

Découverte et réception du nouveau temple du Sport ivoirien à Ebimpé et meeting politique (Par Fernand Dedêh)

Abidjan, le 4-10-2020 (https://crocinfos.net/) À Barthelemy Zouzoua Inabo Un événement en deux temps: découverte et réception du nouveau temple du Sport ivoirien à Ebimpé et meeting politique pour la propagande de ton camarade. L’enfant d’Attecoubé avait bien mijoté son coup. Il a de ce fait, piloté l’organisation de bout en bout.

120583388 3808881859124796 4167081110258383258 o

‘’Nous allons poursuivre la construction des stades à l’intérieur du pays… Nous allons vous donner du travail par milliers et par milliers. Faites-moi confiance. Quand ADO dit, ADO fait..’’

Remettre la clé du stade offert par la Chine à la Côte d’Ivoire, était un excellent prétexte pour lui, pour s’offrir un plateau de pré-campagne. Il a crié à en perdre la voix. « Ce stade, à lui tout seul, mérite le premier mandat de la troisième République ».

Ton camarade a aimé, bien aimé même. Il a exprimé sa satisfaction pour le nouveau stade qui porte son nom. « Nous allons poursuivre la construction des stades à l’intérieur du pays… Nous allons vous donner du travail par milliers et par milliers. Faites-moi confiance. Quand ADO dit, ADO fait… »

Il était tout joyeux. Visage illuminé, cherchant ou provoquant la communion avec le public. Je l’ai vu esquisser des pas de danse en allant au centre du terrain, pour donner le coup d’envoi. Il était dans un environnement jeune, il cherchait la fusion avec les jeunes. Ses communicants ont dû lui, « Attia, libère-toi… Amuse-toi… »

« Ce stade, à lui tout seul, mérite le premier mandat de la troisième République »

Il a adoré le spectacle du chorégraphe Georges Momboye. Une fresque montée en quelques jours qui avait pour trame principale, la célébration des relations entre la Côte d’Ivoire et la Chine, une représentation vivante, agréable, rythmée, colorée. Elle n’a laissé personne indifférent. Il a su véhiculer un courant d’émotion dans l’enceinte du stade.

Ton camarade l’a chaleureusement félicité dans la loge officielle. Georges l’a mérité. C’était trop bien. Il a projeté l’image d’une jeunesse ivoirienne imaginative, créative. Et puis, le clin d’œil, l’hommage grandeur-nature à Daishi, devant les Chinois, au propre, comme au figuré, il fallait y penser…

Visiblement, il y avait plus de militants politiques dans les tribunes que des passionnés de football. Beaucoup y étaient pour la séquence politique de la célébration. Ils sont partis quand ton camarade a quitté le stade après le coup d’envoi.

Ton camarade nous a en effet, abandonnés, après le coup d’envoi. Bon, lui, est plutôt passionné de basket et de natation, hérité de son séjour américain. Mais bon, ce jour spécial, il aurait pu suivre au moins 15 mn du derby Asec-Africa… Le premier Asec Africa … de la troisième République…

Un match plutôt moyen entre deux équipes qui sortent de l’hibernation en raison de la Covid19. L’Asec Mimosas qui a su gérer son effectif pendant cette phase difficile pour tous les clubs et les joueurs, a logiquement gagné. 2-0. L’histoire retiendra que l’Asec Mimosas a battu son éternelle rivale pour la grande première dans le stade Olympique Alassane Ouattara d’Ebimpé.

‘’Le stade est beau et vaste. La tribune de presse, plantée au troisième étage, donne une vue imprenable sur la pelouse et l’environnement intérieur. Il faudra avoir du souffle, au cas où l’ascenseur n’est pas fonctionnel. L’autre point important, l’entretien de ce joyau. Et puis, l’achèvement des travaux de la partie ivoirienne’’.

L’Africa Sport qui fait plus les colonnes des faits divers, a perdu. « La pelouse est haute. C’est normal. Elle doit bien prendre. Mais c’est sûr, pour le match des internationaux, elle sera bien tondue et ça devrait aller», a dit le technicien français de l’Asec Mimosas à la fin du match.

Le stade est beau et vaste. La tribune de presse, plantée au troisième étage, donne une vue imprenable sur la pelouse et l’environnement intérieur. Il faudra avoir du souffle, au cas où l’ascenseur n’est pas fonctionnel. L’autre point important, l’entretien de ce joyau. Et puis, l’achèvement des travaux de la partie ivoirienne.

En attendant, merci à l’Etat Chinois, merci à l’Etat ivoirien, merci à tous ceux qui ont œuvré pour l’aboutissement du projet. C’est le Sport ivoirien qui gagne!

NB : le titre est de la rédaction

 

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )