[Guinée] Les élections législatives couplées à un référendum constitutionnel dans le sang, selon le FNDC

[Guinée] Les élections législatives couplées à un référendum constitutionnel dans le sang, selon le FNDC

-L’opposition fait un point de 10 morts

Les élections législatives couplées à un référendum constitutionnel se sont déroulées dans la violence extrême, ce dimanche 22 mars en Guinée avec une dizaine de morts, selon l’opposition.

Le Front national de la défense de la constitution (FNDC) dresse un point de 10 morts et de plusieurs blessés lors des élections législatives couplées à un référendum constitutionnel qui se sont déroulées ce dimanche 22 mars dans la violence extrême en Guinée. Il s’agit de :

1- Diallo Nassouralaye, 18 ans (contact de la famille : 623 72 19 48)
2- Boubacar Diallo, 35 ans (contact de la famille : 622 55 12 18)
3- Thierno Oumar Diallo (contact de la famille : 662 08 23 47)
4- Thierno Hamidou Barry, 25 ans (contact de la famille : 620 77 77 07)
5- Hafiziou Diallo, 28 ans (contact de la famille : 620 05 78 41 / 628 72 84 64)
6- Mamadou Oury Diallo, 23 ans
7- Mamadou Bailo Diallo, 12 ans (contact de la famille : 628 19 98 53)
8- Ousmane Barry, 23 ans (contact de la famille : 621 26 99 02)
9- Issa Yero Diallo, 29 ans (contact de la famille : 622 81 84 34)
10- Thierno Mamadou Barry, 20 ans

Par ailleurs, l’opposition appelle à ‘’intensifier’’ les manifestations, lundi 23 mars et mardi 24 mars 2020 avec pour objectif l’‘’ultime le départ du dictateur Alpha Condé’’ qui est devenu ‘’illégitime’’.

La veille, le chef de l’État, Alpha Condé, a tenté de rassurer : « Ces scrutins se feront dans le calme et la sérénité. J’en suis convaincu. (Ils) vont se dérouler dans la transparence, dans le respect absolu des règles démocratiques et des usages républicains », a affirmé le président Condé, dans un discours publié samedi sur la page Facebook de la présidence guinéenne.

La modification de la loi fondamentale pourrait permettre au chef de l’État de briguer un troisième mandat, accuse le FNDC, le collectif de partis et de la société civile.

Ces ‘’crimes’’ et ‘’exactions’’ ont été perpétrés, selon le FNDC par des unités d’élite de l’armée guinéenne, à savoir le Bataillon spécial de la présidence (BSP), le Bataillon autonome des troupes aéroportées (BATA) et les Forces spéciales guinéennes (FS).

Pour l’heure, le pouvoir n’a fait aucune déclaration officielle sur le scrutin.

Kpan Charles

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )