Législatives, les ‘’Dieux’’ deviennent des hommes (Par Fernand Dedeh)

Législatives, les ‘’Dieux’’ deviennent des hommes (Par Fernand Dedeh)

Barthelemy Zouzoua Inabo:   Elle est belle, la Démocratie. Elle équilibre les rapports dans la société. Les riches courtisent les pauvres, les grands se rabaissent au niveau des petits. Elle est partage des richesses. L’argent légalement ou illégalement acquis par le sommet est redistribué dans la base pendant les campagnes électorales. Elle rend la réflexion dynamique, elle installe la concurrence, loyale ou déloyale, elle rend humble et réaliste. Le bulletin de vote est une vraie balle de construction ou de destruction des ambitions...

-FIF: Mme Ginette Ross allume la mèche

Abidjan, le 16-02-2021 (crocinfos.net) À Barthelemy Zouzoua Inabo:   Elle est belle, la Démocratie. Elle équilibre les rapports dans la société. Les riches courtisent les pauvres, les grands se rabaissent au niveau des petits. Elle est partage des richesses. L’argent légalement ou illégalement acquis par le sommet est redistribué dans la base pendant les campagnes électorales. Elle rend la réflexion dynamique, elle installe la concurrence, loyale ou déloyale, elle rend humble et réaliste. Le bulletin de vote est une vraie balle de construction ou de destruction des ambitions…

Samedi 13 février 2021. Agboville, capitale de l’Agneby. Le tout puissant directeur exécutif du Rassemblement de ton camarade, le propriétaire des tabourets, celui qui donne ou arrache les tabourets à ceux qui suivent le mouvement ou s’en détournent, -tu te rappelles de la fameuse litanie à gorge déployée à propos de « libération des tabourets »-, face au peuple, au petit peuple, entrain de solliciter les voix pour un fauteuil à l’Assemblée nationale. Un petit tabouret à l’Assemblée nationale. Un peu comme si le distributeur automatique de la banque demandait des faveurs au client… Le ton n’est plus inquisiteur encore moins incisif… « Le dieu est devenu homme ». La Démocratie rétablit l’équilibre naturel des choses. Le vrai chef, c’est le détenteur du bulletin de vote.

Le pays est cerné par les candidats aux législatives. Les moyens font la différence. Les uns, dans les cortèges de grosses cylindrées, les autres, modestement. La pêche aux voix. Parfois, avec la malice pour les détenteurs du pouvoir, de profiter de l’action gouvernementale pour faire une campagne détournée. Pour prendre de l’avance sur les concurrents. La compétition électorale fait rage. Certains redécouvrent leurs régions et même leurs parents. Ils les avaient abandonnés, s’étaient éloignés d’eux pour une raison ou une autre. Ils se découvrent des âmes de rédempteurs, d’hommes et de femmes providence. Ils parcourent les villages de jour comme de nuit. Certains s’excusent, d’autres implorent le pardon des populations. La Démocratie établit un rapport entre le sommet et la base. La légitimité ne se construit pas avec l’argent, bien ou mal acquis, mais par le contact permanent avec la population, la proximité avec les électeurs, la connaissance des problèmes rencontrés au quotidien.

‘’Un petit tabouret à l’Assemblée nationale. Un peu comme si le distributeur automatique de la banque demandait des faveurs au client… Le ton n’est plus inquisiteur encore moins incisif… « Le dieu est devenu homme ». La Démocratie rétablit l’équilibre naturel des choses. Le vrai chef, c’est le détenteur du bulletin de vote’’.

Certains politiciens sont convaincus que l’argent suffit à acheter les voix, à mettre les électeurs dans leurs camps. Aucun effort, aucune présence sur le terrain pendant cinq ans, aucun contact avec ceux dont les suffrages sont aujourd’hui sollicités et subitement, à trois ou deux mois des élections, présence active et bruyante à toutes les cérémonies…

La Démocratie rétablit les rapports sociaux

La Démocratie développe l’Economie. Actuellement, les cabinets de communication,  formels ou informels, Les imprimerie, les  infographistes tournent à plein régime. Si la commission électorale indépendante n’avait pas interpellé les candidats et leurs staffs sur la campagne précipitée, les affiches au ton divers et aux couleurs agressives, auraient envahi les réseaux sociaux et les villes et villages. La Démocratie crée des opportunités pour tous ceux et toutes celles qui savent saisir leurs chances et surtout transformer les essais.

Je l’ai découvert seulement maintenant: le badge porté par la version féminine du Bruxellois n’est pas innocent. C’est un gilet pare-microbes et bactéries. Il protège contre les microbes et bactérie dont le virus de la Covid19… Mon cher, tu ne le trouveras dans la pharmacie à Issia… Attends, je vais bien m’informer d’abord… Si mes beaux-parents savent ça, walai, beaucoup vont mettre camaraderie avec la dame-là. La Covid19 les traumatise trop…

Encadré

FIF: Mme Ginette Ross allume la mèche

Première crise pour le comité de normalisation. Mme Ginette Ross est boudeuse. Et entend le faire savoir. Elle va allumer la mèche  ce lundi 15 février 2021 à la maison de la presse, au Plateau. Elle s’élève contre la décision de relégation de son club, Issia Wazi en deuxième division. Le comité de normalisation a annoncé la reprise des championnats nationaux avec les modalités pratiques de participation. Issia Wazi descend en Division 2 avec à Williamsville Athletic club. Les deux équipes ont occupé la queue du peloton à l’arrêt de la compétition en mars 2020.

Question importante: Mme Ginette Ross agit-elle ou alors porte-t-elle le couteau pour les mécontents et adversaires de la normalisation? Agit-elle par procuration?

Le comité de normalisation a reçu tous les dirigeants de clubs, échangé sur toutes les options possibles avant d’annoncer les mesures pour la reprise des compétitions. « L’urgence est de mettre la balle au centre, donner de l’oxygène au malade avant d’attaquer les problèmes de la fédération», avait déclaré la présidente du comité de normalisation, le vendredi 13 février. Visiblement, Mme Ginette Ross est le premier grain de sable dans le tuyau de la normalisation.

NB : le titre est de la rédaction

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )