N’étouffons pas les libertés (La chronique de Fernand Dédêh Tagro)

N’étouffons pas les libertés (La chronique de Fernand Dédêh Tagro)

À Barthelemy Zouzoua Inabo: Soulagé! De ma position, je redoutais un bras de fer inutile entre l’opposition et les forces de l’ordre à Yopougon. Le maire de Yopougon a interdit toutes manifestations sur les lieux à caractère public dans sa commune, à la veille du meeting de la plate-forme non idéologique. Je craignais vraiment que l’opposition maintienne sa rencontre. Ce qui aurait donné une fin d’année plutôt chaude!
Le meeting a été délocalisé du Nord au Sud.

‘’Laissons les gens s’exprimer… N’étouffons pas les libertés. Je préfère une opposition qui crie, dénonce, propose, projette qu’une opposition encastrée et qui de ce fait, prend la paix en otage…’’

Parle à ton camarade: laissons les gens s’exprimer… N’étouffons pas les libertés. Je préfère une opposition qui crie, dénonce, propose, projette qu’une opposition encastrée et qui de ce fait, prend la paix en otage…

Ton camarade a distribué les premiers cadeaux de noël à Yamoussoukro. Inauguration du siège du Sénat et surtout nomination des officiers supérieurs de l’Armée, de la Gendarmerie et de la Police à la suite du dernier conseil des ministres de l’année dans la capitale politique. « Gloire et reconnaissance à Dieu », me dit un officier supérieur…

Notre type, le Préfet du Département d’Abidjan est devenu Préfet de la région d’Abidjan. Tu es pressé? Il a son blog. C’est un internaute actif. Il va nous expliquer très vite ses nouvelles charges…

La visite du Président Français (20-22 décembre) et le retour du crusher à Abidjan (22 décembre 2019) après six mois à l’extérieur, sont entre autres, les événements qui vont marquer la fin de l’année 2019. Passe un mot à ton camarade, saisissons le passage à Abidjan pour montrer à l’opinion internationale que dans ce pays « nous sommes ensemble, parce que nous sommes différents… ».

Oh, je rêve peut-être, mais je serai bien heureux de voir toute la Côte d’Ivoire, dans sa diversité, autour de l’hôte français… Tu as compris ce que je veux dire ou bien? Bon, est-ce que ton camarade est prêt à associer les Ivoiriens de toutes tendances politiques, religieuses et culturelles à l’accueil et au dîner en l’honneur du visiteur de marque?

‘’ Saisissons le passage à Abidjan pour montrer à l’opinion internationale que dans ce pays « nous sommes ensemble, parce que nous sommes différents… »’’

L’Observatoire ivoirien des droits de l’homme, l’OIDH boucle sa série de sensibilisation et de formation sur le nouveau code pénal ivoirien. La session en cours, qui prend fin ce jeudi 19 décembre 2019 à Abidjan, concerne les hommes des médias et la société civile. L’occasion est belle d’entendre et d’interroger les hauts magistrats. De les côtoyer aussi. Tiens, le Procureur de la République, près le tribunal d’Abidjan, a exposé sur Les innovations en matière d’enquête préliminaire. Il aussi parlé de cybercriminalité et du terrorisme. Il fallait s’y attendre, des questions ont fusé à propos de l’affaire dite « Ibièkessê », les injures publiques proférées sur les réseaux sociaux par la députée de Tengrela.

Sa réponse: « Les injures contre les personnes ordinaires ne sont poursuivies que sur plainte. A l’opposé, des personnes (President, etc), la loi dit que le procureur doit sautosaisir. Mais l’affaire Ibiekissê a fait l’objet d’enquête. Mais les enquêtes concernant les députés, en dehors des hypothèses de flagrant délit, nécessitent la session du parlement. Cette affaire donnera lieu à un procès bientôt. »

 

 

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )