Première sortie des Eléphants sur le nouveau stade de Yamoussoukro, lutte contre la drogue et le blanchiment des capitaux

Première sortie des Eléphants sur le nouveau stade de Yamoussoukro, lutte contre la drogue et le blanchiment des capitaux

Belle pelouse, éclairage top, public joyeux et enthousiaste, victoire d’entrée, de quoi être satisfait pour la première sortie des Eléphants sur le nouveau stade de Yamoussoukro. Le sais-tu? Ton Camarade a lâché les chiens renifleurs. La lutte contre la drogue et le blanchiment des capitaux prend une autre tournure… MACA…

Abidjan, le 4-6-2022 (crocinfos.net) À Barthelemy Zouzoua Inabo: Belle pelouse, éclairage top, public joyeux et enthousiaste, victoire d’entrée, de quoi être satisfait pour la première sortie des Eléphants sur le nouveau stade de Yamoussoukro. Le sais-tu? Ton Camarade a lâché les chiens renifleurs. La lutte contre la drogue et le blanchiment des capitaux prend une autre tournure… MACA…

Dans la salle de conference les journalistes semblent peu satisfaits

Dans la salle de conférence, les journalistes semblent peu satisfaits

Les Ivoiriens sont exigeants. Ils veulent toujours plus et ils ont raison. Face à la Zambie, ils ont fait l’essentiel, gagner. Avec en prime, une promesse au niveau du contenu. 3-1. Mais dans la salle de conférence, les journalistes semblent peu satisfaits. Le sélectionneur national et Max Gradel désignés pour commenter le match, sont plutôt surpris. L’un trouve la presse bien sévère. L’autre l’invite à saluer au moins la victoire. L’équipe reprend vie, les joueurs se retrouvent pour la première fois après la CAN2021, la préparation a été plutôt laborieuse, les joueurs sont en vacances pour la plupart et certains ont rejoint le groupe tardivement.

‘’Le sélectionneur national et Max Gradel désignés pour commenter le match, sont plutôt surpris. L’un trouve la presse bien sévère. L’autre l’invite à saluer au moins la victoire.’’

Le technicien français reconnaît les déchets dans son équipe. Les précipitations et approximations en début de match notamment, les transitions difficiles. Mais, il ne fallait pas perdre ce premier match sur le nouveau stade de Yamoussoukro, sur cette pelouse qui ressemble enfin, à la Côte d’Ivoire. Un vrai tapis. Début de match difficile avec un Serges Aurier constamment en difficulté. Qui a du mal à quitter sa zone. Ghislain Konan qui ne sort pas non plus et les rares fois qu’il coulissait, il manquait de précision dans les centres ou les relais. La paire centrale plutôt concentrée et rassurante. Au milieu, Sery Jean Michael et Ibrahim Sangaré se marchaient sur les pieds et ne trouvaient pas les attaquants. Jérémie Boga, à droite, était mobile et actif, mais peu efficace. Max Gradel a beaucoup bougé. Il aurait pu être récompensé par un but mais son tir dans la surface de réparation s’est écrasé sur la barre. Christian Kouamé a eu du temps de jeu. Il a montré des qualités athlétiques et une forte présence dans la surface de réparation. Sébastien Haller, une fois de plus, a manqué de balles potables.

‘’La guerre contre les barons de la drogue en Côte d’Ivoire prend une autre allure. Des têtes insoupçonnées tombent. Des noms circulent mais aucune communication officielle.’’

La deuxième mi-temps a montré un autre match. Mais, on ne va pas au paradis sans mourir. Pendant trois minutes passées, l’heure de jeu, les Zambiens ont soumis la défense ivoirienne à une rafale de tirs mixée de corners. Les gants de Badra Ali étaient froids. Ils ont été chauffés. Il a montré une forte présence sur sa ligne de but. Et puis, le déclic, avec l’entrée en jeu de deux joueurs de couloirs plus percutants et incisifs: Wilfred Zaha et Jean Kouassi Evrard. Les Chipolopolos tremblent. Les Ivoiriens retrouvent de l’élan et de l’efficacité. Tout change. Trois buts viennent punir le recul de la défense des visiteurs. Serges Aurier, Christian Kouamé sur une détente verticale imparable et Ibrahim Sangaré. Décontraction en fin de match et réduction du score par les Zambiens. 3-1. L’histoire retient que le premier buteur au stade de Yamoussoukro s’appelle Serge Aurier. Que Christian Kouamé a enfin marqué avec les Eléphants au pied de la Basilique.

La lutte contre la drogue et le blanchiment des capitaux prend une autre tournure… MACA…

La lutte contre la drogue et le blanchiment des capitaux prend une autre tournure… MACA…

Le public est heureux. L’entraîneur zambien reconnaît la supériorité de l’équipe ivoirienne. Prochain match, le 9 juin 2022, en Afrique du Sud contre le Lesotho.

Pendant le match, les inbox crépitaient. La guerre contre les barons de la drogue en Côte d’Ivoire prend une autre allure. Des têtes insoupçonnées tombent. Des noms circulent mais aucune communication officielle. Toutes les sources contactées ne démentent pas mais elles ne confirment pas non plus. Ici, c’est la Côte d’Ivoire. Au pays de « Allons seulement… ». Le pays où des enfants de huit ans sont propriétaires d’immeubles. Le pays où les immeubles poussent comme des petits pains. Tout le monde voit, mais personne ne peut expliquer. Le masque arrive dans la maison de nos parents… Soyons patients…

Patient comme le président de l’Union africaine qui a pris son temps, mais qui a fini par porter la voix du continent à la Russie. Peut-être bientôt à l’Ukraine. Puis aux Occidentaux. La guerre entre la Russie et l’Ukraine doit prendre fin. Elle n’honore pas l’humanité.

La chronique de Fernand Dédeh, envoyé spécial à Yamoussoukro

 

 

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )