[FESTIBO 2021] Les populations sensibilisées sur les violences basées sur le genre (VBG) 

[FESTIBO 2021] Les populations sensibilisées sur les violences basées sur le genre (VBG) 

Bouna le 04-12-2021(Crocinfos.net) Pour combattre les violences basées sur le genre (VBG), un atelier de sensibilisation a été  organisé  en marge de la 9ème édition du Festival des Arts et Cultures du Bounkani (FESTIBO).

C’est le siège du Conseil régional du Bounkani qui a abrité cette activité qui s’inscrit dans le cadre d’un projet que le Conseil Régional du Bounkani a mis en place à  travers ECOTER.IMG 20211204 WA0011

Constituée essentiellement des acteurs de la société civile ivoirienne, des leaders communautaires et des représentants de structures étatiques, cette sensibilisation s’est portée sur les violences faites aux filles, notamment le viol, l’agression sexuelle ou physique, l’excision, le mariage forcé, déni de ressources, d’opportunités ou de services et maltraitances psychologiques ou émotionnelles.

Dans son discours d’ouverture qui s’est déroulé sous l’égide de l’Honorable président du Conseil Régional du Bounkani, Hien Philippe, le Commissaire général du FESTIBO a de prime abord, rappelé  le thème de cette édition 9 : ” Culture, Cohésion sociale et résilience face à la Covid-19 “.

Pour lui, le choix de ce thème s’explique aisément, du fait que le FESTIBO est d’abord festival culturel  et comment la culture peut contribuer à la cohésion sociale et comment cette culture peut également contribuer à sauver des vies surtout pour ne pas qu’on  enregistre des décès dûs à  la Covid-19 dans la région du Bounkani.IMG 20211204 WA0007

Selon lui, le FESTIBO est un alibi pour parler des  questions qui touchent le quotidien des populations. Et ce qui le réjouit le plus, c’est l’appui du Conseil régional qui est d’ailleurs à  l’actif de ce festival par le biais de son président, initiateur également.

A l’en croire,  cette 9ème édition est particulière, plus soft avec beaucoup d’ateliers de réflexions, en ce sens que depuis l’année dernière, à la suite de l’année bilan  tenue  au siège du Conseil régional suivie d’un séminaire en avril dernier au siège de l’UNESCO à  Abidjan, qui a permis d’arrêter un certain nombre de dispositions et les plus pertinentes sont le changement de dénomination et le passage en biennale.

Enfin, s’agissant de cet atelier de sensibilisation sur les VBG, le Commissaire général à révélé que pendant la préparation  de ce festival et surtout dans le chapitre des préparatifs  de cetteactivité, lui et son staff ont été choqués par cette nouvelle, celle du village de Lago qui a subi des affres Indescriptibles avec pour paroxysme le viol en réunion.

Et tout de suite, on s’est dit que c’est Dieu qui nous a inspirés puisque nous avons préparé  l’atelier  sans tenir compte de cette violence qui a eu lieu “, a-t-il signifié.

Prenant la parole, la Directrice régionale du ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Mme Kouamé née Zambie Affouet Louise, a déploré ces les violences faites aux femmes tout en soulignant également que les Mutilations Génitales Féminines qui existent toujours dans la région ne sont pas dénoncées  comme elle aurait souhaité, d’où cette  croisades pour sensibiliser la communauté.

Je pense compter sur la communauté pour pouvoir mener à  bien les objectifs du ministère qui est de faire la promotion du genre dans le Bounkani et également la protection de l’enfant à travers plusieurs activités “, a-t-elle plaidé.

Quant à  Madame YOUL Damien du Burkina Faso, qui a surtout axé son intervention sur l’excision a fait savoir que cette pratique n’est plus un sujet et une volonté politique à été faite dans le but de freiner ce fléau qui engendre des conséquences graves sur la santé.

Face à cette situation, le président du Conseil Régional du Bounkani, Hien Philippe espère que les participants à cet atelier, notamment  leaders d’associations de femmes, des jeunes et acteurs de la société civile, instruits sur les mécanismes de lutte contre les VBG soient “des relais auprès des populations” dans la lutte contre les VBG.

Notons que ces violences peuvent avoir des conséquences graves sur la santé sexuelle et reproductive des victimes : grossesses forcées et non désirées, avortements dangereux, fistules traumatiques, infections sexuellement transmissibles, notamment le VIH, allant même jusqu’à leur décès.

Franck-Medard KOFFI, envoyé spécial à Bouna

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )