[Affaire un Italien enlevé à Abidjan] Une victime aux deux visages

[Affaire un Italien enlevé à Abidjan] Une victime aux deux visages

La presse italienne rejette du revers de la main les premiers indices des investigations menées par deux unités de la police ivoirienne dans ce qu'on peut qualifier de ‘’l'affaire enlèvement et séquestration d'un ressortissant italien à l'aéroport international Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan.’’

-La presse italienne rejette les investigations menées par la police nationale ivoirienne

Abidjan, le 4-12-2021 (crocinfos.net) La presse italienne rejette du revers de la main les premiers indices des investigations menées par deux unités de la police ivoirienne dans ce qu’on peut appeler de ‘’l’affaire: enlèvement et séquestration d’un ressortissant italien à l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan.’’

Le site rainews.it, dans sa publication du mercredi 1er décembre 2021,  relative à cette affaire, présente le ressortissant italien comme un homme d’affaires vénitien, venu à Abidjan ‘’pour des raisons humanitaires’’.

Le papier écrit par Ivana Godnik, édité par Andrea Giorgio, donne l’information suivante : « Claudio Formenton, parti pour des raisons humanitaires, a été kidnappé par un faux chauffeur de taxi et libéré quelques jours plus tard. » Pour étayer l’information du journaliste, le site a accordé une interview de 0min50sec disponible sur une vidéo à son avocat, Stefano Marrone, intitulée ‘’Côte d’Ivoire, kidnapping éclair : mésaventure pour un homme d’affaire vénitien’’ .

Voir lien de la vidéohttps://www.rainews.it/tgr/veneto/video/2021/12/ven-Rapimento-lampo-in-Costa-d-Avorio-disavventura-per-Claudio-Formenton-imprenditore-veneziano-di-Fosso-14a546b3-dbad-4523-8e27-09b712640523.html?wt_mc=2.www.wzp.tgrveneto_ContentItem-14a546b3-dbad-4523-8e27-09b712640523.&wt

Un autre site italien, https://www.ilgazzettino.it/nordest, tout comme le premier média, dévoile le nom de la victime (Claudio Formenton, 64 ans) et donne un peu plus de détail : « Il a été kidnappé, le 27 novembre, à Abidjan où il est arrivé le 25 novembre pour des vacances. L’homme a été récupéré à l’aéroport par un faux chauffeur de taxi et emmené dans un hangar dans une forêt. Le lendemain, les ravisseurs l’ont emmené dans un hôtel de la ville de Bonoua, où il a été identifié et libéré par la police locale. Son geôlier a été arrêté. Formenton retourne en Vénétie », indique le site dans sa publication du mercredi 1er décembre 2021.

Par ailleurs, le confrère précise que l’homme d’affaire ne s’est pas déplacé avec son épouse. « Sa femme n’était pas en vacances avec lui », mentionne le site.

En revanche, aucun de ces médias ne donne, dans les moindres détails, les raisons humanitaires qui ont conduit Claudio Formenton à Abidjan. ni le le lieu de son séjour à son arrivée le 25 novembre avant d’être kidnappé le 27 novembre, soit deux jours après avoir foulé le sol ivoirien. Qui était son interlocuteur direct dans le cadre de son activité humanitaire? Que venait-il faire exactement ?

Ce traitement de l’information par nos confrères italiens met en doute, voire rejette du revers de la main l’investigation des fins limiers ivoiriens qui, sur la page officielle Facebook de la direction générale de la police nationale ivoirienne (DGPN), ont mentionné, en substance, le vendredi 3 décembre 2021, ce qui suit :  « Venu à Abidjan le 25 novembre 2021 dans le but de rencontrer une femme qu’il a connue via internet, un ressortissant italien a été enlevé et séquestré à son arrivée à l’aéroport international Félix Houphouët Boigny par des inconnus aux environs de 23 heures 50 minutes. Ceux-ci ont réclamé le paiement d’une rançon de vingt-cinq mille euros (25000€) contre sa liberté. »

Dans cette affaire qui fait grand bruit où la rencontre d’une femme et l’honneur d’une personnalité sont en jeu, c’est le chargé de sécurité de l’ambassade de l’Italie qui a saisi par une plainte les agents de la police criminelle qui, à leur tour, ont été assistés par la police scientifique pour retrouver l’otage dans une chambre d’hôtel à Bonoua et interpeller l’un des ravisseurs, le nommé E.A.S., 27 ans, étudiant.

Interrogé, selon le communiqué de la police, il a reconnu les faits et a déclaré que c’est lui en réalité qui s’est fait passer pour une femme sous le couvert d’un pseudonyme « Olivia Martinez », que l’Italien venait rencontrer.

L’homme d’affaires italien veut-il laver son image dans les médias italiens en mettant en doute le travail d’investigation mené conjointement par la police criminelle et la police scientifique ivoirienne ? Les faits sont têtus et blessent souventes fois. Le mensonge court dans tous les sens, dit-on.

Le procureur de la République, près le Tribunal Abidjan-Plateau est interpellé pour clarifier cette affaire et lever tous les soupçons sur ce ressortissant italien qui, apparemment, commence à avoir deux visages.

Kpan Charles

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )