[Côte d’Ivoire Gagnoa] Grâce à leur ‘’dynamisme’’ : un élu apporte son soutien au développement des activités économiques des femmes #femomedia

[Côte d’Ivoire Gagnoa] Grâce à leur ‘’dynamisme’’ : un élu apporte son soutien au développement des activités économiques des femmes #femomedia

-Des jeunes vendeurs de matériels de projet rizicole dénoncés

Le député des sous- préfectures de Gagnoa, Gnagbodougnoa et Sérihio dans la région du Gôh, dans le sud-ouest de la Côte d’Ivoire, Pr Maurice Kakou Guikahué a lancé les activités du Fonds de développement agro-pastoral de l’Union des Femmes du Fromager le samedi 23 décembre 2017.

DSC1030

Une vue de l’Union des Femmes du Fromager

C’est un fonds de garantie de 5 millions FCFA avec une ligne de crédit de 15 millions FCFA qui a été déposé à la Coopératives d’épargne et de crédit de Côte d’Ivoire (Coopec) de Gagnoa pour soutenir les activités économiques, en vue de l’autonomisation des femmes du département de Gagnoa.

Une aide au développement des activités de ces dames grâce ‘’à leur sérieux et à leur dynamisme’’. «En effet, en 2012, au sortir de la crise, à l’occasion de l’investiture du bureau de votre association, nous vous avions octroyé une somme de un million de FCFA pour l’ouverture d’un compte de garantie de vos activités. Vous avez été tellement consciencieuse et dynamique que le Maire de la Commune de Gagnoa a reconnu le sérieux de votre association, en vous allouant une subvention annuelle afin de renforcer vos activités » a indiqué l’élu. M. Guikahué compte suR cette association des femmes et les encourage à leur autonomisation. « Nous commençons par un Fonds de cinq millions de fcfa dont l’augmentation dépendra de votre dynamisme et de votre sérieux. Des partenaires sont prêts à nous soutenir après cet effort personnel qui est fait.

Pour être bénéficiaire de ce Fonds, vous n’aurez rien à payer. Je dis bien rien à payer. Si vous êtes admise par le Comité de Gestion au vu de la pertinence de votre dossier, il faudra procéder au remboursement dans les délais pour être encore éligible et permettre à d’autres sœurs d’en bénéficier aussi. L’agence de la Coopec de Gagnoa est chargée d’assurer le suivi-évaluation de vos activités en mon nom », a-t-il conseillé.

Le mauvais exemple de la jeunesse. Au premier trimestre de 2017, le député a reçu plus d’une trentaine de jeunes qui lui proposé de faire la culture de riz irrigué. Mais, dernière ce noble projet de leur autonomisation, la majorité ruminait l’envie d’un détournement.  « Nous  avons reçu à Dikouéhipalégnoa, au premier trimestre de l’année 2017, trente-cinq jeunes qui avaient choisi de s’engager dans la riziculture. Nous avons investi pour leur installation ou renforcement de leur activité, quatre millions de fcfa en matériels et produits sanitaires et octroyer à la même occasion 2 tonnes de semence aux bénéficiaires. Sur les trente-cinq, il n’y a que trois qui ont persévéré et continuent l’eurs activités. Les autres  ont vendu le matériel, les produits et les semences » a-t-il révélé.

En revanche, le député des sous- préfectures de Gagnoa, Gnagbodougnoa et Sérihio ne désespère pas. « Sous peu, nous allons  organiser les jeunes à l’instar des femmes. Nous viendrons lancer le Fonds Jeunes », a-t-il promis.

Tous ces projets seront encadrés par des responsables de l’agriculture et de l’Agence national d’appui au développement rural (Anader).

Le Montagnard

 

 

 

 

 

CATEGORIES
TAGS
Share This