[Autonomisation des femmes et dividende démographique du Sahel/ SWEDD-2] L’équipe du consortium Ipas-Aprosam fait son bilan annuel

[Autonomisation des femmes et dividende démographique du Sahel/ SWEDD-2] L’équipe du consortium Ipas-Aprosam fait son bilan annuel

Neuf régions, notamment celles du Gontougo, Boukani, N’zi, Iffou, Bélier, Abidjan 1, Abidjan 2, Agnéby-Tiassa, etc. que couvre le consortium Ipas-Aprosam, ont bénéficié du projet Autonomisation des femmes et dividende démographique du Sahel en abrégé SWEDD. L’équipe du consortium Ipas-Aprosam a fait le bilan annuel de l’année pilote de ses activités de janvier à décembre 2022 à Bondoukou.

« 57% d’utilisatrices de méthodes contraceptives modernes est le pourcentage enregistré pour un objectif de 56875 et 85% de jeunes et adolescents ont été sensibilisés pour un objectif de 142188, dans ces régions sanitaires de la zone du consortium Ipas-Aprosam dans le cadre du projet SWEDD santé, au titre de l’année 2022, l’an 1 de mise en œuvre », a déclaré docteur Aké Vincent Offo-Bédia le coordonnateur dudit projet.

C’était dans le cadre de la présentation du bilan annuel des activités du projet Autonomisation des femmes et dividende démographique du Sahel SWEDD, volet santé lors de la troisième réunion de coordination du consortium Ipas-Aprosam.

L’objectif étant de présenter les résultats trimestriels de septembre à décembre 2022 et le résultat global des activités menées de janvier à décembre 2022 par tous les superviseurs. Les activités relatives au bilan de l’an 1 se sont déroulées du 26 au 29 décembre 2022 à Bondoukou, à l’hôtel Imane.

Avant tout propos, docteur Aké Vincent Offo-Bédia a remercié le président de la République de Côte-d’Ivoire son Excellence Alassane Ouattara qui fait du bien-être de sa population sa priorité et le Premier ministre Patrick Achi qui ne ménagent aucun effort pour satisfaire les besoins de leurs administrés pour qui la planification familiale demeure un chantier très important pour la transition démographique et le dividende démographique dans la politique de développement économique et sociale de la Côte-d’Ivoire.

Aussi il a remercié les ministres Logboh Myss Belmonde Dogo, Pierre Dimba et Mariatou Koné pour leur implication personnelle dans la réussite du projet SWEDD ; les autorités civiles préfectorales, coutumières, religieuses ; M. Lanciné Touré coordonnateur dénérale (Unité de coordination du projet SWEDD),  Dr Aka Brou Nathalie du PNSSU-SAJ, Dr. Gnou Tanoh du PNSME, Dr. Joseph Aka  de la DIIS, M. Béda Hervé coordonnateur régional, chef d’antenne SWEDD de Bondoukou ; et à toute l’équipe du consortium Ipas-Aprosam pour les différentes actions menées dans la réalisation de ce projet.

Par ailleurs, le coordonnateur Aké Vincent Offo-Bédia a fait savoir que le résultat global est acceptable vu les difficultés rencontrées en menant les activités. « En dépit des difficultés rencontrées sur le terrain pendant les activités du projet SWEDD-2, nous avons sensibilisé 87% de la population dans notre zone d’intervention et le taux de nouvelles utilisatrices de méthodes contraceptives modernes s’élève à 57% », a-t-il indiqué.

Le représentant du maire de Bondoukou Amon Kouassi Ernest a exprimé sa joie et la reconnaissance du Conseil municipal de Bondoukou et des autorités civiles pour le travail accompli par l’équipe du consortium Ipas-Aprosam et tous les acteurs du secteur de la santé, non sans relever les actions louables menées par les initiateurs du projet SWEDD-2, en particulier, le coordonnateur docteur Aké Vincent Offo-bédia, pour le développement de la Côte-d’Ivoire, et surtout pour les neuf régions que couvre du consortium Ipas-Aprosam.  « La direction du Conseil municipal de Bondoukou vous remercient pour les actes sociaux posez pour l’autonomisation des femmes et le bien-être des jeunes filles ».

  1. Gbo Kesse, chargé de suivi évaluation a présenté les résultats pragmatiques de janvier à décembre 2022 pour les neuf régions sanitaires ainsi que les difficultés de mise en œuvre et les défis à relever, et les perspectives. Notons que la principale difficulté portait sur l’insuffisance des intrants et les méthodes contraceptives particulièrement les implants (Jadelle et ou Implanon).

Il faut rappeler que le projet Autonomisation des femmes et dividende démographique du Sahel (SWEDD-2) a été conçu grâce à l’appui technique et financier de la Banque Mondiale en collaboration avec des structures nationales, des ministères sectoriels, les Fonds des nations unies pour la population (Unfpa) et l’Organisation Ouest-Africaine de la santé (Ooas). Ce projet vise non seulement à apporter une réponse aux grands défis des pays du Sahel (pauvreté, taux de croissance démographique élevé, décès maternels, faible niveau de scolarisation des filles, grossesses précoces ou à risque, etc,) ; mais aussi à améliorer le bien-être de leurs populations.

Quant à Dr. Aké Vincent Offo-Bédia, il a souhaité davantage l’implication des autorités civiles de chaque région et les acteurs du secteur de la santé à œuvrer afin que les implants, les produits et les méthodes contraceptives soient disponibles pour la bonne marche, le plein succès de ce projet innovant, qui est bénéfique pour la population, surtout pour les jeunes et les femmes qui jouent un rôle prépondérant dans le développement socio-économique familial et national.

Le coordonnateur du consortium du projet Ipas-Aprosam n’a pas manqué d’exprimer toute sa gratitude à tous les acteurs et collaborateurs qui ont contribué à la réalisation de l’an 1 du projet SWEDD, en leur demandant de faire en sorte que les actions futures se déroulent mieux, afin que les objectifs envisagés soient atteints jusqu’à la fin de ce projet.

César Kouakou

 

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )