[Dans la Case sacrée] Les interrogations d’une surprenante libération des femmes au Burkina Faso

[Dans la Case sacrée] Les interrogations d’une surprenante libération des femmes au Burkina Faso

Autant d'interrogations parmi tant d’autres. Des non-dits, surtout d'un fait qui s'est déroulé dans une zone sous contrôle des terroristes. Le procureur gagnerait à élucider les faits afin de lever tous les soupçons sur cette libération entourée de zone d'ombre.

Abidjan, le 21-1er-23 (crocinfos.net) Il faut saluer la bravoure de la junte militaire au pouvoir au Burkina Faso avec le capitaine Ibrahim Traoré, ‘’Le Zorro’’. Qui, en une semaine, lui est ses hommes ont pu libérer 46 femmes et des bébés, aux mains d’une bande de terroristes, qui pullulent dans la zone nord du Burkina Faso, un fief sous leur contrôle.

Les jeudi 12 et vendredi 13 janvier 2023, l’information de la disparition de ces femme et des bébés a été portées de la commune d’Arbinda, dans le nord du Burkina Faso – une zone sous blocus de groupes djihadistes-, a été portée à la connaissance de l’opinion nationale et internationale.

‘’Le temps mis pour libérer les ‘’otages’’ de ces terroristes une véritable prouesse, voire un miracle au regard des informations relayées par les différents médias.’’

Une zone, faut-il le préciser hostile à la junte armée, faisant partie des 40% sous contrôle des terroristes de l’Al-Qaïda, de l’État islamique et de d’autres bandes armées non contrôlées.

Le temps mis pour libérer les ‘’otages’’ de ces terroristes une véritable prouesse, voire un miracle au regard des informations relayées par les différents médias.

En revanche, des interrogations demeurent. Qui étaient ces ravisseurs qui convoyaient ces femmes à Ouagadougou, en provenance de Tougouri  à environ 160 Km, de la capitale?  Qui les conduisait à Ouagadougou, la capitale ? Comment s’est effectuée l’‘’opération militaire’’ sans aucune résistance ?

Autant d’interrogations parmi tant d’autres. Des non-dits, surtout d’un fait qui s’est déroulé dans une zone sous contrôle des terroristes. Le procureur gagnerait à élucider les faits afin de lever tous les soupçons sur cette libération entourée de zone d’ombre.

‘’Comment s’est effectuée l’‘’opération militaire’’ sans aucune résistance ?’’

De toute évidence, l’opinion retient pour l’heure que la junte militaire a réussi l’exploit de libérer des otages en zone sous contrôle djihadistes. Donc, la libération des 40% du territoire occupé est possible.

Le Montagnard

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )