[Visite] La secrétaire d’État chargée de la Protection civile, Mme Clarisse Kayo Mahi, s’imprègne des réalités de l’école des sourds et de l’Institut des aveugles

[Visite] La secrétaire d’État chargée de la Protection civile, Mme Clarisse Kayo Mahi, s’imprègne des réalités de l’école des sourds et de l’Institut des aveugles

Abidjan, le 02-06-21 (crocinfos.net) La secrétaire d’État chargée de la Protection civile, Mme Clarisse Kayo Mahi a visité l’Institut national ivoirien pour la promotion des aveugles et l’École ivoirienne pour les sourds, dans la commune de Yopougon l’après-midi du mercredi 2 juin 2021.

Baptême du feu de la secrétaire d’État chargée de la Protection civile, Mme Clarisse Kayo Mahi le mercredi 2 juin 2021, après sa nomination le 06 avril 2021. Double visites dans deux institutions spécialisées publiques : L’École ivoirienne pour les sourds (ECIS) et l’Institut national ivoirien pour la promotion des aveugles (INIPA) pour toucher du doigt les réalités de ces institutions.

La tournée a commencé par la visite des salles de classes, des dortoirs, du réfectoire à l’école des sourds. Ensuite, le centre médico-social (ophtalmologie, chirurgie dentaire, pharmacie, laboratoire…), salles de classes (moyennes, petites et grandes sections), salle technique, cellule de suivi des collégiens à l’Institut national ivoirien pour la promotion des aveugles.

Dans les deux institutions, les sollicitations pour ces apprenants atteints de handicap sont nombreuses. Le directeur de l’INIPA, Pokou Kouamenan dit Anzoumanan au nom des deux institutions a dressé un chapelet de doléances. Les demandes vont de l’insuffisance des salles de classe, au manque de lits (60 enfants pour 30lits), au besoin de forage en passant par des besoins matériels à l’INIPA.

À l’ECIS, dirigée par Okou Dieudonné ce sont, apparemment les mêmes constats. Mais, ces difficultés n’entachent en rien, la volonté des deux directeurs à la réussite des pensionnaires de ces institutions. « Il s’agit d’une prise en charge cognitive, affective, psychomoteur, sociale, professionnelle etc. », a indiqué M. Pokou.

Par ailleurs, Pokou Kouamenan dit Anzoumanan a félicité la secrétaire d’État pour sa nomination grâce à la confiance placée en elle par le président Alassane Ouattara. Il a profité de l’occasion pour lui présenter les défis qui, selon lui n’auront pas d’obstacles pour l’ex-directeur adjoint de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS). « Madame la secrétaire d’État, en vous confiant la gestion de ce département riche et même très riche en problèmes et donc en défis, votre riche expérience professionnelle capitalisée en tant que directrice générale adjointe de la CNPS et votre sens élevé de l’éthique constituent un référentiel pour nous », s’est réjoui le porte-parole des deux directeurs.

Les défis, selon la secrétaire d’État chargée de la Protection civile, ne sont pas ignorés par le gouvernement. « Sur la base des rapports disponibles au sujet de ces deux institutions spécialisées, nombreux sont les enfants en situation de handicap qui n’ont pas cette chance d’intégrer l’un de ces établissements pour recevoir une éducation adaptée à leurs conditions et de bénéficier, ainsi d’une scolarité normale, seule garantie permettant leur prise en charge et leur autonomisation à l’âge adulte », a constaté Mme Clarisse Kayo Mahi.

Par la suite, elle a rassuré les responsables deux institutions que « le gouvernement ivoirien s’attèle quotidiennement à mettre en œuvre les orientations de Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, président de la République, à travers sa vision ‘’Côte d’Ivoire solidaire à l’horizon 2025’’ ».

À l’en croire, les « orientations prévoient en effet, un développement inclusif pour tous les enfants ivoiriens en faisant en sorte qu’aucun d’entre eux, quelles que soient ses conditions de vie, ne soit laissé pour compte ».

Elle a félicité les apprenants pour assiduité à l’école et exhorté les enseignants et encadreurs à continuer de s’engager ‘’résolument’’ à faire de l’éducation des enfants en situation de handicap, un véritable vecteur de développement.

Kpan Charles

Encadré

L’historique des deux institutions

L’Institut national ivoirien pour la promotion des aveugles (INIPA) et l’École ivoirienne pour les sourds (ECIS) ont toutes deux été créées en 1974, selon le porte-parole des deux directeurs, Pokou Kouamenan dit Anzoumanan. L’INIPA qui enregistre à ce jour 351 élèves, a été créé sur la base d’une convention d’aide entre l’État de Côte d’Ivoire et Caritas Suisse. « C’est la concrétisation d’un projet en faveur des personnes déficientes, initié en 1971», explique le porte-parole.

Quant à l’ECIS, elle a un effectif de 315 élèves et est l’œuvre d’un pasteur américain, Andrew Foster, lui-même sourd « qui avait pour ambition de vulgariser la langue des signes afin de pouvoir communiquer avec son entourage et se faire comprendre ». « À ce jour, bien que les populations diffèrent l’une de l’autre, ces deux institutions ont reçu de l’État la même mission, celle de l’intégration socioprofessionnelle de cette frange de la population appelée pompeusement handicapés sensoriels », renchérit M. Pokou.

L’État s’attèle à offrir une chance toutes les chances d’une intégration socio-professionnelle réussie à cette partie de la population vulnérable.
L’un des défis majeurs que doit relever la secrétaire d’État chargée de la Protection civile, Mme Clarisse Kayo Mahi.

Kp. Charles

 

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )